SITE D'INFORMATIONS POUR LA COMPRÉHENSION ET LE TRAITEMENT DE L'ADDICTION ALIMENTAIRE: BOULIMIE, ANOREXIE, HYPERHAGIE ETC.

Boulimie et obsession

1 1 1 1 1 (16 Votes)

 

Boulimie et obssession. En plus de la boulimie on a des idées ou des images qui sont impossible à ignorer. Elles causent une véritable détresse. Les personnes boulimiques savent la place énorme que tient l'obsession de la nourriture dans leur vie. Elles ont toutes en commun cette obsession qui les submerge en permanence, du matin au soir, au point de gâcher leur vie. Même lorsqu'elles se retiennent d'avoir des crises, elle est là. Elles se lèvent le matin avec l'idée qu'elles ne vont pas craquer, que ça va enfin être une bonne journée, qu'elles vont pouvoir penser à autre chose.

 Boulimie et obssession

Cette animation montre l’insistance de l’obsession

Boulimie et obsession ne peuvent pas se combattre avec la volonté

Mais plus elles se retiennent et plus l'obsession de la nourriture augmente. Comment alors guérir d'une obsession ? Au fur et à mesure que la journée avance, elles sentent une pression de plus en plus violente. Et puis c'est plus fort qu'elles, elles finissent par craquer, même si certaines personnes réussissent néanmoins à contrôler leur alimentation pendant de longues périodes.

Chaque personne est différente avec aussi des comportements différents vis-à-vis de la boulimie, mais il y a au moins un point commun à tous: c'est l'obsession.

Pourtant boulimie et obsession ne sont pas associées ensemble parmi les critères psychiatriques du diagnostic de la boulimie et les psychiatres hospitaliers spécialistes de la boulimie considèrent qu'une personne qui a réussi à se retenir d'avoir des crises pendant six mois est guérie.

 

Boulimie et obsession : une souffrance même quand on résiste à la nourriture

En réalité, même si la personne a tenu six mois sans crises, elle a été obsédée par la nourriture du matin au soir. Et même si elle a courageusement réussi à résister, elle a été en détresse tout au long de ces six mois. Le traitement terminé, il est à craindre qu'elle ne réussisse généralement pas à résister longtemps à cette obsession de la nourriture.

Bien que l'obsession ne figure pas comme critère diagnostique dans les manuels de psychiatrie, on peut se demander si elle ne devrait pas en être un critère essentiel. Une personne serait alors boulimique tant qu'elle resterait obsédée par la nourriture, même si elle contrôle ses crises. A l'inverse, lorsque l'obsession de la nourriture disparaît au fil de la thérapie, on pourrait considérer qu'elle cesse d'être boulimique, même si des crises devaient persister pendant un certain temps encore.

Cette obsession d'où vient-elle ? Pourquoi ces personnes ont-elles besoin de vivre pour manger alors que la majorité des gens ont simplement besoin de manger pour vivre ?

Partagez l'article sur:

FacebookGoogle Bookmarks

Catherine Hervais

Imprimer