SITE D'INFORMATIONS POUR LA COMPRÉHENSION ET LE TRAITEMENT DE L'ADDICTION ALIMENTAIRE: BOULIMIE, ANOREXIE, HYPERHAGIE ETC.

Je suis hyper séductrice en permanence

Tous les addicts ne se ressemblent pas. Mais ceux qui ont une addiction sévère à l’alimentation ont en commun une personnalité particulière, qui se singularise par la sensation d’être moins bien que les autres, de ne pas pouvoir vivre sa propre vie, de ne pas pouvoir plaire réellement sans avoir à jouer un rôle.

Dans un groupe une jeune femme prend la parole. Jeune, jolie, bien lookée, elle partage sa honte d’avoir tout le temps besoin de plaire :

« J’ai tellement peur du regard des autres que je n’arrivais pas ces derniers temps aller à la danse ou à faire d’autres activités.  Je me regarde tout le temps dans le miroir et je vois tous mes petits défauts, je focalise dessus, j’ai envie de tout me faire refaire. Mon psy de l’époque m’a dit d’attendre la fin de la thérapie avant de faire de la chirurgie esthétique. »
Elle marque une petite pause avant de continuer et baisse la tête comme si elle était particulièrement gênée de ce qu’elle va dire ensuite. Elle poursuit :
« Et puis je chauffe les mecs sans le vouloir. Je suis hyper séductrice en permanence avec mes amis garçons. Même si je rencontre un garçon qui ne me plaît pas vraiment, je fais tout ce qu’il faut pour l’allumer, même si je sais que je n’irai pas plus loin. Du coup je me retrouve avec plein de « relous » sur les bras.

Une copine qui, elle, a du mal à séduire les mecs m’a conseillé de grossir et m’a dit : « tu verras, avec 20 kg de plus tu n’auras plus ce problème ».

 Je me fais draguer, je drague, ça marche bien, et au final ça m’oppresse parce que du coup je réponds à des textos auxquels j’ai pas envie de répondre et je me retrouve avec plein de propositions auxquelles je sais pas dire non pour ne pas blesser ».

Je me retiens quand c’est le mec d’une copine. Mais je sens que je fais passer quelque chose, par moments, sans le faire exprès…

Et par contre quand un homme me plaît… J’ai deux copines qui voulaient me présenter des garçons qui ont un bon niveau d’études, plutôt pas mal, en vue de trouver quelqu’un avec qui je pourrais construire quelque chose de sérieux et là ça me fait flipper, je me ch… dessus… »

D’où lui vient son besoin de séduire quasiment maladif, demande-t-elle.

Plusieurs autres personnes du groupe se reconnaissent dans ce comportement. Quelqu’un finit par trouver une explication cohérente : « c’est parce qu’on ne s’aime pas qu’on a besoin du désir de l’autre sur soi. Ça répare un peu ! »

Le manque de confiance en soi peut entraîner toutes sorte de comportements inappropriés.

« Moi dit une autre jeune femme du groupe, je panique complètement quand un homme me plaît. Je suis sorti en boite pour Halloween avec quelques copains, bien résolue cette fois à jouer le jeu de la séduction que j’avais laissée de côté depuis trop longtemps,  et à un moment donné je me suis retrouvée en train de danser avec un garçon qui me plaisait beaucoup.   Une fille s’est mise derrière moi pour danser avec nous mais ça n’a pas du tout dérangé le garçon qui respirait mes cheveux avec une sensualité enivrante. Mais je sentais que je n’arrivais pas tout à fait à être là. J’etais pas sûre de moi, j’avais peur de déplaire. Et tandis qu’il continuait à respirer et à caresser langoureusement mes cheveux, gênée de me sentir décalée, je décidai de faire allusion avec humour au fait que j’étais prise en sandwich entre la fille et lui, et je dis : « C’est drôle, je me sens comme une tranche de jambon ».

Le garçon s’est éloigné de moi et à éclater de rire. Je ne l’ai pas revu depuis. C’est bête il me plaisait vraiment ! Pourquoi faut-il que j’intellectualise ou que je fasse le pitre quand je suis troublée ? »

Les personnes qui ont une fragilité narcissique et qui doutent d’elles-mêmes en permanence ne parviennent pas à vivre simplement un relationnel authentique. Elles ont tendance à jouer un rôle en permanence dans le but de cacher leur vide intérieur.

Dans leur cas, en tant que psy, je ne vois qu’une solution : faire un travail qui va dans le sens d’une construction de son vrai soi afin de parvenir à un rapport authentique à l’autre.

https://psychotherapie.ooreka.fr/astuce/voir/688445/la-seduction-compulsive

Quelles sont les causes et les spécificités de la séduction compulsive ?

Lorsque le regard des autres et la séduction deviennent une raison de vivre, le séducteur peut souffrir d'une séduction compulsive. Il s'agit d'un trouble mental qui se caractérise par :

  • un manque de confiance et d’estime de soi ;
  • un besoin permanent de reconnaissance ;
  • une séduction de toutes les personnes, même celles qui paraissent inintéressantes ;
  • le besoin d'être rassuré et valorisé sur son image ;
  • une souffrance psychologique et un mal-être profond.

Le séducteur compulsif devient esclave de ses pulsions et se crée des opportunités pour séduire afin de soulager son anxiété et ses angoisses. Pour certains, il s’agit d’une dépendance tout aussi forte que celle des drogues qui peut entraîner des problèmes de dépression, de solitude, mais aussi des troubles anxieux ou des suicides dans les cas les plus graves.

Vidéo reportage: quelle thérapie pour la boulimie anorexie ?

new 0

 

Pourquoi ce reportage ?

ll y a une vingtaine d’années naissait le site boulimie.fr.

Au moment de sa création, le monde médical s’employait alors à faire disparaître le symptôme boulimie-anorexie.

LIRE LA SUITE

Quelques pistes pour l'entourage

Ce guide a été écrit sur la demande des éditions Dunod qui voulaient un soutien pour les proches des personnes boulimiques anorexiques et hyperphagiques.

anorexie2

LIRE LA SUITE