Psychanalyse: sa place pour comprendre et agir

Écrit par . Publié dans Vidéos du mois

1 1 1 1 1 4.0 Stars / 2 Ratings

Bernard Golse, pédopsychiatre, invité du "Magazine de la santé"

C’est en réfléchissant sur l’autisme que le Professeur Bernard Golse (qui est aussi psychanalyste) explique que la psychothérapie — dont la psychanalyse— n’est pas toujours recommandable sous la forme d’une prescription exclusive. Mais elle garde néanmoins toujours sa place pour comprendre et agir au plus profond de la vie intime. Dans cette séquence, je n’ai pas pu m’empêcher de faire le parallèle entre la manière dont Bernard Golse parle de l’autisme et ce que je perçois des personnes qui ne peuvent pas vivre sans une addiction:

bernard-glose-autisme
« Il ne faut pas faire un « arrêt sur image » qui dit que quand on est psychanalyste on est simplement à la recherche du coupable, la mère ou je ne sais qui. C’est complètement ringard. Aider un enfant autiste ce n’est pas la même chose que aider un adulte névrotique : c’est mettre des mots sur ses émotions, sur ses angoisses. Etre autiste c’est très angoissant et sortir de l’autisme aussi. Sortir de l’autisme c’est aller à la rencontre du monde, des objets, des personnes qui sont autour. Ça peut être ressenti comme un grave danger par l’enfant. Mettre des mots sur ses émotions, sur ses angoisses. L’aider à mettre du sens sur ses comportements, sur ses stéréotypies. Le psychanalyste est assez bien formé pour ça. Du fait de son intimité avec le transfert et le contre transfert il partage un peu le monde de l’enfant…»

Partagez l'article sur:

FacebookTwitter

Jean-Pierre Bernadaux, webmestre.

This Browser is not good enough to show HTML5 canvas. Switch to a better browser (Chrome, Firefox, IE9, Safari etc) to view the contect of this module properly