| Imprimer |

Le film Boulimie & thérapie

Écrit par . Publié dans Boulimie et thérapie

1 1 1 1 1 4.7 Stars / 3 Ratings

therapie-critique-gingerLe film de Catherine Hervais "Boulimie et thérapie" vient d'être projeté à un groupe d'étudiants en Gestalt. On vient de rallumer les lumières de la salle et "la discussion est ouverte". Mais personne ne dit mot ! Plusieurs futures thérapeutes essuient une larme du revers de la main. L'émotion envahit le groupe.

La boulimie a pris corps. Ce n'est plus un symptôme livresque du DSMIV ; ce n'est plus "un trouble alimentaire" ; c'est un appel qui nous a saisis ; un appel à être de ces jeunes femmes désespérées, en quête de leur identité.

Avant toute discussion technique, il faudra consacrer un temps important aux échos émotionnels et personnels réveillés chez plusieurs de nos élèves.

Voici bien un film de pédagogie gestaltiste : on fait connaissance avec le "malade", avec son être total, son ressenti phénoménologique unique, on fait connaissance avec notre cœur. Pas d'explications ; pas de vaines hypothèses éculées sur les causes possibles ; pas de stratégies stéréotypées de traitement ; on écoute, on vibre, on est présent.

Les témoignages succèdent aux témoignages, tous semblables et tous différents, tous poignants. Catherine écoute et fait reformuler…

Il s’agit d’anciens participants d’un groupe thérapeutique de Gestalt pour boulimiques. La plupart d’entre eux (il n’y a presque aucun homme) restent 2 ou 3 ans, à raison d’un week-end par mois.

Habituellement, on n'y évoque guère sa boulimie : on parle simplement de sa vie, comme dan tout groupe de thérapie. Le symptôme s'amenuise et disparaît "par surcroît ".

Aujourd'hui, c'est différent : les anciennes sont venues spécialement pour ce film, pour témoigner et faire comprendre aux camarades, aux parents, aux thérapeutes… Faire comprendre et ressentir ; pas expliquer, ni justifier.

On comprend la boulimie "de l'intérieur". Tout est dit : à chaque thérapeute ensuite d'accompagner chaque client à sa manière, à la recherche de ses limites, de sa frontière. On saisit bien ici ce que veut dire le terme borderline.

Je ne veux pas commenter davantage ce petit chef-d'œuvre. Ce serait le banaliser. Il faut absolument le voir, absolument ! Il n'est pas racontable.

A quand un film de la même trempe pour chacune des pathologies de nos manuels ? Merci à Catherine Hervais.

SERGE GINGER, psychologue clinicien, psychothérapeute
Secrétaire général de la Fédération Française de Psychothérapie et de Psychanalyse (FFdP)
Fondateur de l'École Parisienne de Gestalt (EPG)
Auteur de nombreux ouvrages sur la gestalt thérapie.
Visitez son site ici : sergeginger.net

 

Partagez l'article sur:

FacebookTwitter

Jean-Pierre Bernadaux, webmestre.