1 1 1 1 1 4.1 Stars / 4 Ratings

C’est parce que je me suis trouvée
que je ne suis plus boulimique

On pense souvent que c’est l’inverse mais elles ont commencé à vivre d’abord puis la boulimie est partie. C’est le véritable objectif d’une thérapie sérieuse de l’addiction: attaquer le cœur du problème qui est l’impossibilité de vivre sereinement parmi les autres...

France:
En se libérant de sa boulimie, elle commence ça vie, change ses rapports à ses parents, prend un appartement et dit : «J’ai appris à vivre maintenant j’apprends à marcher.»
Marie:
Elle repère ses « délires » (parano par exemple, etc…) et elle s’empêche d’entrer dedans. Comme dit Eckart Tollé aujourd’hui : «mon égo c’est pas moi».
Sarah:
Elle savait se détendre avec du yoga qu’elle pratique beaucoup mais en dehors de la pratique du yoga, elle ne savait pas. Tout était grave. Maintenant que la thérapie lui a appris à s’ajuster à ses émotions et aux autres en même temps, rien n’est grave à présent pour elle.
Fiona:
Elle ne s’autodétruit plus et ne détruit plus les autres. Parce qu’elle sait maintenant comment faire pour ne pas les blesser. Elle pensait que ce srait un combat comme un arrêt de cigatette et aujourd’hui elle se dit: «tiens c’est plus là».
Lili:
A Certainement elle doit encore avoir des passages parfois où elle n’a envie de rien, mais aujourd’hui ce n’est majoritairement plus le cas.
Hanka:
Rien ne l’intéressait. Maintenant elle s’émerveille souvent de beauoup de petites choses. Elle donne un exemple.
Jeanne:
Jeanne explique que tout est plus facile maintenant. Elle a l’impression d’être née.
Kaindé:
La thérapie a joué aussi sur son addiction à la dépense.
Millie:
Millie volait dans les magasins. La thérapie a aussi « guéri » cela.
Pat:
Pat n’a plus de crises d’angoisse et quand au chocolat elle peut s’arrêter toute seule à deux carrés sans se sentir obligée de manger la plaque.
Andréa:
André n'existait pas avec ses actions compulsives. Maintenant qu’elle se sent quelqu’un elle ne ne sens plus obligée de tout gérer.
Flavie:
Elle n’a plus peur d’être elle, du silence, elle respecte mieux l’autre, est plus ouverte.
Emmanuelle:
La nourriture a perdu son importance au fur et à mesure qu’elle a eu d’autres priorités, communiquer sans fard et dans le respect des autres.

Partagez l'article sur:

FacebookTwitter

Jean-Pierre Bernadaux, webmestre.