1 1 1 1 1

Ma mère mon miroir

4_friday_1


Partagez sur

FacebookTwitter

(édition Robert Laffont - collection Réponse) présenté par Solène Riedinger.

Le livre de Nancy Friday, "Ma mère, Mon miroir", est un puits d'informations. Il nous permet de découvrir le pourquoi de nos comportements (en relation avec notre mère en priorité, mais également avec les hommes). Il nous apprend aussi quels autres comportements il serait bon d'adopter pour vivre enfin pleinement.. C'est un livre qui se comprend aussi facilement qu'il ne se lit. Explicitées par des phrases simples et accompagnées d'exemples d'expériences qui les rendent plus vivantes, les relations mères-filles éclatent ici en pleine lumière. On comprend alors dès le début du livre qu'être mère ne signifie pas forcément aimer son enfant ; puis un peu plus loin, p.18, on découvre que : "Le sexe est quelque chose de très mal. Il a toujours été un problème entre notre mère et nous." Personnellement, j'ai pu mettre en relation mes problèmes sexuels avec la relation symbiotique et l'éducation que j'ai reçu de ma mère. Un peu plus loin, Nancy nous parle de la vision que nous avons de la mère, qui, véritablement n'est pas parfaite : p. 26 : "Tant que la fille devenue adulte a du mal à accepter que sa mère ne soit pas parfaite, sa colère infantile inhibera le libre usage des traits remarquables que sa mère possède effectivement". Tout ceci débouche alors sur l'amour que nous portons à notre mère. Ainsi, on lit : "L'amour sincère et spontané admet les erreurs, les hésitations et les défaillances humaines". "L'amour ! Nous ne connaissons rien d'autre, mais nous ne lui faisons pas confiance. L'origine de notre incrédulité remonte à notre premier amour, à une époque dont nous ne pouvons pas nous souvenir. Les leçons que nous avons apprises de notre mère en ce qui concerne sa façon de nous aimer et de s'aimer elle-même nous accompagneront tout au long de notre vie. Je ne peux jamais penser sans ressentiments à la tyrannie de la première enfance, à l'idée que mon comportement d'adulte a été déterminé à une période de ma vie dont je ne me souviens pas, qui fait partie du passé et que je ne peux donc ni changer, ni regretter, ni contrôler." "Un amour authentique entre la mère et la fille ? Je pense qu'il suppose que chacune des deux respecte l'autre et admette son indépendance. En ce qui concerne la fille, elle doit commencer par aimer sa mère pour pouvoir plus tard s'aimer en tant que femme ; devenue adulte, elle peut alors rendre à sa mère son amour. Mais pour sortir de la première enfance comme personne distincte, elle doit d'abord intégrer sa mère, en tant que bonne mère". Je donnerais maintenant deux notions importantes énoncées par Nancy : Tout d'abord, elle dévoile tous les moyens que nous mettons en œuvre pour nous rattacher passivement à notre mère, comme : (p.70) "Si nous nous retournons pour voir ce que notre mère, il y a tant d'années, a pu faire ou ne pas faire, nous nous emprisonnons dans le passé. "Elle a fait telle chose, bien sûr, mais je n'y peux rien". En nous en prenant à elle, nous restons passivement attachées à elle. Cela nous aide à éviter nos propres responsabilités". Mais aussi le fait que le mariage accompli, on devient une bonne petite ménagère, tout comme maman, complètement a-sexuelle, contrairement à la vie que nous menions lorsque nous étions encore célibataires. Secondement, elle explicite, p.71, pourquoi, et cela est essentiel, nous choisissons un homme ayant les mêmes qualités, les mêmes défauts que notre mère : "Celles d'entre nous qui ont eu des mères froides ou qui les repoussaient sont souvent attirées par des hommes qui ont le même caractère. Nous essayons de leur arracher un peu de chaleur. Nous ne faisons que répéter le passé. Nous ferions mieux de renoncer au réconfort amer des récriminations et de trouver quelqu'un qui n'a pas besoin d'être cajolé et qui nous donnerait facilement et avec joie du réconfort. Notre tâche d'adulte est de comprendre le passé, d'enregistrer ses leçons et de ne plus s'occuper de lui. Blâmer sa mère, ce n'est qu'une façon négative de s'accrocher encore à elle". Comprendre tout cela nous aide alors à avancer et nous évitera à l'avenir de commettre des erreurs (comme le choix de notre mari ou notre vie après le mariage), qui nous causeront sans aucun doute, une souffrance indescriptible. Ce livre est passionnant du début à la fin. Enfin, Nancy nous parle également de l'image du corps et de la menstruation, ainsi que de la rivalité mère-fille et des hommes (des relations que nous entretenons avec eux), mais de biens d'autres choses encore…. Je vous laisse la joie de tout découvrir… Solène