1 1 1 1 1

Le sommeil et le rêve

4_sommeil_1


Partagez sur

FacebookTwitter

Editions Odile Jacob

L'un des symptômes des personnes boulimiques, dont on ne parle pas souvent, est une énorme fatigabilité. Tandis que la plupart des gens sentent de la fatigue à certains moments de la journée, les personnes boulimiques se sentent totalement épuisées au point d'avoir l'impression d'"imploser". Le stress, les émotions continuellement à fleur de peau, une trop grande activité cérébrale en sont responsables. Michel Jouvet, … dans son livre, nous explique d'où vient la fatigue : nous sommes un ensemble de cellules ; dans les cellules il y a les noyaux ; dans les noyaux il y a les chromosomes. Le chromosome est une longue molécule d'ADN. Lorsque nous sommes éveillés, tout ce que nous recevons (joies, peines, nourriture, stress, pollution) agit sur cette longue chaîne d'ADN pour la casser. Elle se détériore tout au long de la journée. Mais avec le sommeil la chaîne d'ADN se répare. Après la phase de sommeil, elle est de nouveau prête à bien fonctionner. C'est dans les moments où elle est détériorée que l'on ressent une fatigue cellulaire. Cette information est particulièrement intéressante : Il suffit dans la journée de prendre dix minutes de relâchement total pour permettre aux chromosomes de réparer. La crise de boulimie est un moment de relâchement total. Le seul, sans doute, que savent vivre les personnes boulimiques. Mais le yoga, le chi-cong, la sophrologie l'auto-hypnose, apprennent d'autres façons de se relâcher. Apprendre d'autres façons de se relâcher ne permettra pas de remplacer une crise de boulimie (qui a d'autres fonctions en plus du relâchement), mais évitera les moments d'épuisement, d'" implosion ", ressentis dans la journée. Retenons donc de ce livre qu'à chaque fois que nous nous relâchons, nous nous réparons. C'est déculpabilisant et bon à savoir non ? Ce livre a été édité il y a une dizaine d'années et vient d'être réactualisé.