1 1 1 1 1 5.0 Stars / 2 Ratings

Apprivoiser la tendresse

4_salome_2


Partagez sur

FacebookTwitter

Editions Jouvence

Un petit livre facile et agréable à lire, parsemé de poèmes et du vécu de l'auteur. Tout au long de ce livre, Jacques Salomé nous invite à découvrir, à rencontrer et à apprivoiser la tendresse. Il nous parle des différents visages de la tendresse, de ses obstacles, ennemis et alliés. Il nous parle également de tendresse vécue et partagée, de tendresse amoureuse et de tendresse à l'égard de la vie, des parents, des enfants et de soi-même. J'ai particulièrement aimé ces 2 passages :. "Déclaration des droits de l'homme et de la femme à l'existence" Tout être vivant, sans distinction d'age, de sexe ou de race, de nationalité, de religion, a le droit : - d'éprouver ce qu'il éprouve - de ressentir ce qu'il ressent - de désirer ce qu'il désire - d'imaginer ce qu'il imagine - de rêver ce qu'il rêve - de penser ce qu'il pense - d'espérer ce qu'il espère - de rencontrer ce qu'il rencontre - de se dire avec ses mots à lui - et de cheminer sur son chemin au rythme qui est le sien En conséquence, tout vivant est en droit d'être reconnu, respecté et confirmé dans ce qu'il éprouve, ressent, imagine, rêve, pense et espère, sur son chemin et à son rythme." .J'aime vraiment ce passage, tellement vrai mais si souvent oublié, négligé, impossible à atteindre surtout avec une personnalité borderline, je crois. " Aujourd'hui est le premier jour de ma vie à venir Je tente ici d'inscrire dans une trace l'essentiel de mes ressentis et de la compréhension que j'ai de mes choix de vie. - Le respect de moi, c'est cela qui prime en moi aujourd'hui dans mon vécu d'homme. Sortir des coerrances dans lesquelles je me perdais …. et perdais l'autre aussi, pour plus de cohérence interne. Je ne cherche ni à blesser l'autre ni a me justifier dans ce que j'éprouve, mais seulement à oser me définir, à oser dire ce que je ressens sans me préjuger à l'avance du ressenti de l'autre, sans m'emparer du sien pour le protéger ou le réparer. - Je sais, je sens que je vais ainsi vers une inaccessible liberté, celle de faire des choix en m'écoutant, celle de renoncer en choisissant justement, celle de prendre le risque de faire confiance à ce qui circule en moi dans ce temps de vie où je suis aujourd'hui. - Mes choix m'appartiennent et choisir c'est renoncer. - Je renonce donc à une relation, à des relations, à des modes de vie dans lesquels je ne me trouve pas, pour lesquels je ne sens pas en moi un mouvement vers le meilleur, un abandon, une ouverture qui m'agrandit et me prolonge. - Je renonce à la prise en charge des peurs et des désirs de l'autre sur moi. - Je tente de me responsabiliser dans mes émotions, mes sentiments, pour passer, chaque fois que j'en prends conscience, du réactionnel au relationnel. - Je choisis aussi d'entendre comment l'autre se défini devant moi, avec ce qu'il est aujourd'hui. - Je choisis de me définir devant lui, en parlant de moi … en ne le laissant plus parler sur moi - Je choisis de garder le meilleur d'une relation, de l'inscrire en moi au-delà des regrets et des manques. - Je choisis de garder l'essentiel des découvertes, des enthousiasmes, des plaisirs et des partages. - Je choisis aussi de me prendre plus en charge, de ne pas laisser croire à l'autre qu'il est responsable de mes besoins ou de mes sentiments. J'avance ainsi aujourd'hui." C'est l'état d'esprit que je tente d'atteindre pour l'instant. Plus je l'approche et plus je me sens vivre. Ces paroles me font penser à la sagesse, la liberté