1 1 1 1 1 4.3 Stars / 2 Ratings

Transfert et états limites

6_andre_1


Partagez sur

FacebookTwitter

Editions Jouvence.

Je vous propose ce mois-ci pour illustrer le récit de Margaret Little sur son analyse (dont je vous parle dans l'édito), le livre dans lequel vous pourrez lire son texte original. Ce qui est intéressant à propos de ce texte, c'est que Margaret parle de sa personnalité borderline et de son analyse avec Winnicott alors qu'elle est déjà, au moment où elle raconte son histoire, une psychanlayste reconnue pour ses travaux sur les troubles " borderline " de la personnalité. Le récit de Margaret est accompagné par d'autres articles de psychanalystes qui réfléchissent, chacun à sa manière, sur la personnalité " borderline " qui pose à la psychanalyse de grandes difficultés techniques. Voici ce que dit la dernière de couverture: "Battre froid ou battre chaud, la folie borderline soumet le transfert aux variations climatiques les plus extrêmes, du détachement le plus éthéré à la passion la plus primitive, entre glaciation et éruption volcanique. Dans un cas, l'analyse reste une idée de l'analyse et ne parvient pas à tracer ces frontières minimales qui lui permettraient de prendre corps. Dans l'autre, les frontières à peine esquissées sont aussitôt piétinées plus encore que franchies. La confrontation à la problématique des états limites a, pour la psychanalyse, le premier mérite de la contraindre à se réinventer". Si vous ne comprenez pas le terme de transfert et si vous voulez appréhender quelques notions de psychanalyse, je vous recommande tout simplement un texte de Freud. C'est une conférence qu'il a faite en 1925, vers la fin de sa vie, pour résumer son œuvre et expliquer comment il a découvert l'inconscient et créé la psychanalyse (Gallimard-Connaissance de l'inconscient, 1984 ; En collection Folio, 1989). els mots d'ordre nous obéissons dans notre tête, dans quels " jeux psychologiques " néfastes nous sommes entraînés et comment nous pouvons les éviter.