1 1 1 1 1 3.3 Stars / 11 Ratings

Nestor, la bouffe et moi

Dominique Buffet

 


Partagez sur

FacebookTwitter

éditions du Rocher, 1996

"Nestor, La bouffe et moi" nous est présenté par Léa, une internaute qui vient nous visiter sur le forum de boulimie.fr. Elle aime beaucoup ce livre et nous vous le proposons dans cette bibliographie bien qu'il soit diamétralement opposé à la philosophie de ce site.

Nous proposons aux boulimiques de soigner "leur personnalité". Or l'auteur de ce livre dit qu'elle s'en est sortie en contrôlant sa manière de manger, en évitant les " nourritures pièges ". J'ai connu des personnes qui se disaient guéries de leurs boulimies en travaillant, comme l'auteur de ce livre, sur la volonté, le raisonnement et l'abstinence, mais la guérison n'a duré qu'un temps. Au but du compte, elles mangeaient moins mais elles restaient obsédées par la nourriture et elles avaient gardé tous leur troubles de la personnalité: fonctionnement dans le tout ou rien, côtés paranos accentués, débordements émotionnels, rendant la vie émotionnelle extrêmement difficile, tant pour elles-mêmes que pour leur entourage
Bien sûr. L'auteur relate de sa propre expérience en tant que boulimique et explique par quels moyens elle a réussi à s'en sortir. Après avoir énuméré les symptômes de la maladie et repéré ces moyens de sabotage récurrents, elle justifie sa méthode de guérison: l'abstinence.

Non pas l'abstinence alimentaire mais l'abstinence au jour le jour de cette manière compulsive de manger, il s'agit alors à chacun de définir avec honnêteté quelles sont les "nourritures pièges", celles qui vont déclencher le "désir de plus" ( pour moi il s'agit de tous les aliments sucrés). Tant que la première bouchée de ces nourritures pièges n'est pas prise, il n'y a pas de crise de boulimie, les aliments n'exerçent pas leur pouvoir irrésistible.

Tout son livre repose sur la personnification de notre côté dépressif en un singe-Nestor- qui nous dicte tout ce qui est mal dans le comportement alimentaire. Tout le monde la connaît, cette voix qui nous dit "rien qu'un carré de chocolat, juste un , pour goûter ..." , cette même voix qui nous rabaisse le lendemain d'une crise " tu devrais avoir honte ! regarde comme tu es grosse ! ne sors pas ce soir,, tout le monde te trouvera monstrueuse ! etc. etc

Il faut également faire très attention à ne pas apparenter cette abstinence à un régime ! On risquerait alors de retomber dans ce cycle infernal " privation gavage", on fait un régime, on mincit puis on craque parce qu'on se rend compte qu'on est loin d'être plus heureux ou que tous nos problèmes ( y compris alimentaires)ne se sont pas miraculeusement réglés comme on l'imaginait. AUCUN REGIME NE PEUT GUERIR LA BOULIMIE, bien au contraire, les régimes favorisent les crises. Ce qu'il faut faire? en tout premier point arrêter les vomissements, quitte à se sentir mal, nauséeuse et à prendre un peu de poids ( je sais c'est très dur ).
À partir de là, tenter d'équilibrer ses repas en mangeant des produits sains par respect pour notre corps ( qui n'est pas une poubelle ! ), en mangeant à notre faim. Être honnête avec soi-même et avoir la capacité de se poser la question " est ce que cette bouchée "de trop" ne conduira pas à une crise ?" et là, choisir, parce que nous! avons la capacité de reposer la nourriture et de ne pas nous détruire " qu'est ce que je veux? faire une crise et me sentir mal, grosse, ne plus vouloir sortir , m'empiffrer sans fin et sans faim ? ou tenter un rétablissement ? " Si il est trop dur de se dire "attends un jour" , on peut régler le temps et " attendre juste 10 min, ou 5 etc ... " et l'envie passe, d'autant plus qu'il n'y a pas de faim physique.

Je n'ai résumé qu'un quart de ce livre qui est devenu ma Bible. Courage à tous et à toutes,