Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
Bienvenue sur le forum boulimie.fr!
  • Page :
  • 1

SUJET : Je craque: écrire, être lu (ou pas), soulagement?

Je craque: écrire, être lu (ou pas), soulagement? il y a 3 ans 3 mois #481

Je me suis inscrite sur ce forum car je n'en peux plus de la vie que je mène et j'espère qu'écrire ma situation et en parler pourra un peu me soulager.
Je suis une fille de 21 ans. Depuis bien trop longtemps j'ai été au régime. J'en ai essayé beaucoup. Du coup toute ma vie j'ai fait le yoyo. Mais aujourd'hui je n'en peux plus. Alors voila, j'ai commencé un régime en mars 2013 et en 3 moi j'ai perdu 12 kg. Le problème est qu'évidemment, malgré tout ce qu'on pouvait me dire, je me trouvais encore grosse. La seule chose qui me permettait vraiment de me prouver que j'avais maigri est lorsque j'essayais des anciens vêtements qui m'allaient alors beaucoup beaucoup trop grand. Toute une garde robe à refaire avec maintenant 3 tailles en moins. Ayant des hanches, je ne voyais qu'elle, les trouvant toujours trop grosse et par conséquent me trouvant toujours trop grosse. Cependant, la réaction des autres en me voyant et quelques bonnes nouvelles qui se passaient dans ma vie faisait que durant ces quelques mois, une confiance en moi naissait et grandissait de jour en jour. Physiquement et moralement, les gens ne me reconnaissaient pas et me trouvaient vraiment changée, en bien.
Puis arriva le mois d’Août, l'été, les maillots, les vacances, la plage, bref tout ce qu'il faut. Je suis donc retournée dans le même pays que l'été précédent et j'ai donc revu des gens que je n'avais pas vu depuis 1 an. Et la, encore une fois, le choc pour tout le monde, certains ne me reconnaissaient même parfois pas. J'ai passé des merveilleuses vacances, j'étais bien, confiante, souriante. Chose qui ne m'arrivait pas par avant : je me faisais draguer, et souvent. Cependant mon poids restait une obsession. N'ayant pas de balance je devenais vraiment folle, je me comparais en maillot avec des photos de moi en maillot prise juste avant de partir, j'analysais chacune des parties de mon corps afin de comparer avant/ après. Parfois même, quand on me proposait de faire un Mcdo, je ne l'acceptais que si un certain short ou vêtement m'allait convenablement. J'avais tellement une image faussée de mon corps que le short en question qui, je pensais ne rentrerai pas, m'allais en fait large. Je me souviens même qu'une fois j'étais dans ma chambre avec un garçon qui me plaisait et à qui je plaisais et un moment je lui ai proposé des gâteaux. Il en a pris et m'a dit "tu m'accompagnes?" je lui ai répondu "vaut mieux pas nan" et ile me dit "mais tu te trouves grosse?" ce à quoi je lui ai répondu "ah oui oui et je le suis" et il m'a dit "mais t'es pas grosse!!" et il a finalement réussi à me convaincre de prendre un hamburger sans culpabiliser à la place de la salade au poulet que je comptais prendre initialement. Bref j'ai passé un bon été, je plaisais et j'aimais ça.
Puis : retour de vacances. Première chose que j'ai faite en rentrant chez moi, avant même d'enlever ma veste, j'ai foncé dans la salle de bain pour pouvoir enfin monter sur cette balance et découvrir mon poids qui, selon moi, avait énormément augmenter. D'ailleurs, en y repensant, la première question que j'ai posé à ma mère en la voyant était : "alors?? J'ai grossi? Ça se voit? Mais si regarde comme mon jean est serré!!". Bref, je monte alors sur la balance et la, à ma plus grande surprise je remarque que, toute habillée, je n'avais pris que 2kg, donc en réalité beaucoup moins sans les vêtements. Et c'est à partir de cette pesé que tout a changé.
En voyant qu'en 4 semaines j'avais à peine pris 1 kg et quelques tout en ayant mangé à profusion (du moins c'est ce que je pensais), je me suis alors sentie intouchable. Je me disais que finalement je pouvais manger sans grossir. Grave erreur. Du coup je me suis remise à manger, d'abord sainement puis ça aller de pire en pire. Plusieurs fois certaines journées je pouvais manger sans m'arrêter pendant 2 voir 3 heures. Je faisais des dizaines d'allers retour à la cuisine, vidant le placard mais de façon réfléchie, en faisant en sorte de ne pas vider complètement des paquets de gâteau ou sans les ouvrir afin que personne ne puisse se douter de ce que je faisais. Je cachais les emballages dans la poubelles en les recouvrant de papiers. Quand je faisais ces crises de boulimie je culpabilisais à mort. Tout en mangeant un nouveau gâteau, un nouveau paquet de chips, je me demandais "mais pourquoi tu fais ça? tu vas grossir, arrête, va dormir, sors!" mais je n'y arrivais pas c'était juste plus fort que moi. Dans ces moments, mon cerveau ne réfléchis plus, je n'ai plus d'emprise sur mes actes, je ne me contrôle plus. Et je mange. J'ai souvent l'habitude aussi de me peser juste après pour voir, voir mon poids augmenter, et être impuissante face à ça. Cette impuissante me fait souvent entrer dans un cercle vicieux, le fameux "bon maintenant que t'as mangé tout ça, un peu plus, un peu moins c'est pas ça qui va changer ta vie" et je continuais alors à manger, toujours avec les mêmes pensées envahissantes et la culpabilité que ne me lâchaient pas. J'ai parfois essayé de me faire vomir mais je n'y arrivais pas.
Un soir, alors que j'avais décidé de me reprendre en main et que j'avais recommencé à bien manger depuis presque une semaine, je suis allée chez mon frère pour garder les enfants. Je m'ennuyais donc forcément je suis allée ouvrir son placard. J'y ai alors trouvé des cookies que j'adorais. Et j'ai craqué. J'en ai mangé 1, puis 2, puis je suis partie en crise : des céréales, des crêpes, des pâtes, des gâteaux, des bonbons, des fruits... A la fin je suis allée aux toilettes pour tenter une nouvelle fois de me faire vomir. J'ai essayé encore et encore et puis j'ai craqué. J'ai relevé la tête, j'étais défigurée, le maquillage qui coulait, les yeux gonflés de larmes, le sentiment d'impuissance qui m'empêchait de respirer et je suis rester comme ça sans bouger pendant un certain temps. Puis j'ai réessayer de me prendre en main.
Puis j'ai dû faire, dans le cadre de mes études, un sage en école maternelle. Celle-ci se situait juste en face d'un supermarché. Le premier jour j'ai résisté aux féculents. Dès le deuxième jour j'ai craqué : pour les féculents du midi et pour le supermarché de l'après-midi. J'ai même fini le goûter des enfants avant de le ramener l'air de rien en cuisine. Et j'allais aux toilettes pour vomir mais, manque de temps, je ne vomissais qu'une partie infime de toute la nourriture ingurgitée. Puis, à la fin de la journée, j'allais au supermarché et je m'achetais des gâteaux. C'était devenu un rituel. Comme toujours après ces périodes, je reprenais mon régime mais j'arrivais de moins en moins à le tenir. Moi qui, à peine 9 mois auparavant avait réussi à résister à TOUTES les tentations durant 3 mois, à présent je ne tenais même plus 3 jours. Donc bref, je fais des crises de boulimie. Récemment, tous les soirs dans ma douche, je me faisais vomir. Mais cette pratique me frustre plus qu'autre chose car je n'arrive vraiment pas à vomir tout ce que j'ai pu mangé.
Aujourd'hui même, rebelote. Depuis dimanche j'ai repris mon régime, je le suivais bien. Ce midi je n'ai pas eu le temps de manger et, en rentrant chez moi, je suis passée devant une boulangerie. J'y ai acheté un pain au chocolat. Puis devant une autre. Cette fois-ci : pain suisse. Puis je suis rentrée chez moi et la : yaourt céréale, tranches de pain mie, fruits, chips. Repas légumes et je viens tout juste (depuis 1h maintenant) d'arrêter ma crise de boulimie pour venir me confier ici. Au menu : madelaines, chips, fruits, pains au chocolats industriels... Je pense que ce "craquage" est dû (comme certainement bien d'autres) au fait que je me suis pesée ce matin et que je me suis aperçu que je n'avais pas perdu 1 gramme malgré les efforts fournis.
Un après-midi, je devais rejoindre ma mère et je suis arrivée en retard car je faisais une crise (suite à l'essayage d'une jupe qui m'allait beaucoup plus serrée qu'avant) et, avec les allers et retour dans la cuisine, je n'arrivais pas à me préparer. A la fin j'ai craqué, j'ai pleuré, seule dans ma chambre, en me disant que j'avais un problème et que je n'arrivais pas à m'en sortir toute seule. Et, pour la première fois, j'en ai parlé à ma mère en lui disant que je faisais là un appel à l'aide. On en a parlé et elle est passé à autre chose. Elle ne me prend pas au sérieux car je n'arrive pas à aller au bout de ce que je demande, prendre des rendez-vous avec des professionnels, consulter..
Ce soir, avant d'arriver sur ce forum, j'étais entrain de revoir des photos de moi cet été en pleurant devant, en m'analysant, en me trouvant encore grosse sur les photos. Mais mon cerveau est programmé à être triste car je sais que cet été était parfait, que les réactions des gens en me voyant me plaisaient. Même si je me trouvais grosse, j'associerai toujours ces photos à une période de "bonheur" (qui était cependant perturbé par mon obsession du poids), une période durant laquelle j'étais heureuse et confiante.
Aujourd'hui je me trouve moche, grosse, énorme, je déteste m'habiller, je déteste me regarder dans une glace, je fais une obsession du corps des gens. Dès que je vois quelqu'un passer dans la rue, je regarde tout de suite ses jambes et je les jalouse, je culpabilise. Je ne sais même plus où partir cet été. Je ne veux pas retourner là où j'étais l'été dernier car je ne veux pas choquer les genre, cette fois-ci en négatif. Je ne me supporte plus, je me détester ainsi. Et j'y arrive plus. Je n'arrive plus à combattre les tentations, à ne pas y céder, je n'arrive plus. Et je ne sais plus quoi faire. Je sais que tant que je ne m'accepte pas, tant que je ne m'aime pas, ma confiance en moi ne reviendrai pas (car oui elle est repartie aussi vite qu'elle est arrivée). Tant que je ne m'aime pas, un garçon ne m'aimera pas et même s'il m'aimait, je ne pourrai recevoir son amour. Je n'ai qu'un rêve aujourd'hui : redevenir comme j'étais cet été. Ce fameux été.
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Je craque: écrire, être lu (ou pas), soulagement? il y a 3 ans 3 mois #482

  • deeper
  • Portrait de deeper
  • Hors ligne
  • Messages : 26
  • Remerciements reçus 4
Bonjour Shanouche,
si j'ai bien compris, tu n'es pas indépendante financièrement puisqu'il faut que tu demandes à ta mère de contacter des professionnels.
Mais tu sais, il existe des cmp où tu peux voir des psys gratuitement. Je te conseille de te renseigner pour savoir s'il y en a près de chez toi.
Déjà le fait que tu sois prête à recevoir l'aide de pros c'est vraiment super. C'est le premier pas à franchir pour commencer à aller mieux, je pense.

J'espère qu'écrire ici t'as un peu soulagée.
Je te souhaite bon courage, de tout cœur.
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Je craque: écrire, être lu (ou pas), soulagement? il y a 3 ans 3 mois #485

bonjour Shanouche

en effet, comme le dit deeper les CMP sont gratuits après il y a aussi la possibilité de voir ton médecin traitant si tu as confiance en lui. Dans mon cas c'est lui que j'ai contacté en premier et qui m'a aidé à faire les démarches pour consulter un psy.

Vu le pavé que tu as écrit (ce n'est pas en mal que je dis çà) je pense que cela a dû te faire du bien de vider ton sac, n'hésites pas à écrire ici sur ce forum ou dans une sorte de journal intime c'est ce que je fais parfois ça aide à évacuer et les crises sont moins fortes, le sport aussi ça aide.

Quant à ta mère, la mienne quand je lui en ai parlé elle n'a pas trop réagi, elle voit mes prises et pertes de poids et j'ai l'impression qu'elle l'ignore volontairement, peut-être parce que ça fait mal de voir la vérité, qu'elle se sent incapable de m'aider, je ne sais pas mais je ne lui en veux pas. Je pense que tant que tu n'as pas vécu la boulimie tu ne peux pas comprendre la détresse des personnes qui la vivent. J'en ai parlé également à mon mari et parfois il est complétement à côté de la plaque mais je sais qu'il essaye de me comprendre.

Bon courage à toi, c'est déjà un premier pas de venir sur ce forum, ne te dévalorise pas surtout tu es très courageuse de vivre avec cet enfer qu'est la boulimie, de suivre des études ...
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Je craque: écrire, être lu (ou pas), soulagement? il y a 3 ans 3 mois #486

Merci beaucoup pour vos réponses. Effectivement, écrire m'a fait beaucoup de bien et j'essaye vraiment d'éviter les crises. Je vais prendre rdv avec une comportementaliste que l'ont m'a conseillé et je verrai bien.. C'est encore tres dur et les crises sont loin d'être derrière moi mais je m'accroche
Encore merci pour vos conseils et pour avoir lu ce (très) long témoignage :oops:
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Je craque: écrire, être lu (ou pas), soulagement? il y a 3 ans 3 mois #487

  • deeper
  • Portrait de deeper
  • Hors ligne
  • Messages : 26
  • Remerciements reçus 4
excellente démarche! :)
en plus j'ai souvent entendu dire que les thérapies comportementales sont souvent assez appropriées aux tcas.

Si écrire te fait du bien n'hésite pas à le faire quand tu te sens mal, même sans forcément le publier sur le forum. Perso je sais que ça m'a beaucoup aidé à des périodes difficiles.

bon courage à toi ;)
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
  • Page :
  • 1
Modérateurs: Nunuche, Cécile A.
Temps de génération de la page : 0.214 secondes