Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
Bienvenue sur le forum boulimie.fr!
  • Page :
  • 1

SUJET : Une petite touche d'espoir :)

Une petite touche d'espoir :) il y a 3 ans 2 mois #402

  • deeper
  • Portrait de deeper
  • Hors ligne
  • Messages : 26
  • Remerciements reçus 4
Bonjour, bonsoir :)

Je me suis inscrite sur ce forum il y a plusieurs mois, pour y demander des conseils concernant une amie boulimique (qui, d'ailleurs, est en passe de guérir depuis quelques semaines!).
Je n'y suis pas retournée (et ai même supprimé mes messages) car je m'y sentais mal, sans doute pas à ma place, bref.
Le fait est que j'ai ensuite moi-même souffert de problèmes alimentaires pendant environ 6 mois.
J'ai beaucoup hésité à poster ici le témoignage de ma "guérison". En fait je ne me sens toujours pas à ma place. J'ai l'impression de m'approprier une souffrance qui n'est pas la mienne, car je n'ai pas eu de tcas. Enfin... En fait les médecins ne s'entendaient pas sur mon cas, et on m'a apposé un diagnostic de boulimie. Mais au final, je ne me considère pas comme en ayant souffert, m'étant ralliée à d'autres avis médicaux.
Bref; je vous demande de ne pas me considérer comme ancienne boulimique, mais comme quelqu'un qui a beaucoup souffert à cause de symptômes similaires aux vôtres, et qui espère vous apportez un peu d'espoir justement, car qui sait si votre guérison ne ressemblera pas à la mienne.

Je veux juste vous dire que guérir est possible, même si on n'y croit pas, qu'on n'y croit plus. Combien de fois j'ai désespérée de jamais me débarrasser de l'obsession indiciblement douloureuse qui me collait à la peau à chaque seconde de la journée. Je veux jute vous dire que je ne suis plus obsédée par la nourriture ou par mon idéal de maigreur.
Je peux entrer dans une salle de bain sans me revoir m'y faire vomir.
Je peux ouvrir un frigo, ou aller dans un supermarché sans m'imaginer le vider.
Je peux me regarder dans un miroir sans me trouver énorme.
Je peux faire trois repas par jour sans que cela demande un effort considérable où y penser trop.
Ma première pensée en me réveillant ne va pas à la nourriture; ma dernière pensée au coucher non plus. Je ne rêve plus de mes compulsions alimentaires (je n'aime pas employer le terme de crise, pour les raisons évoquées plus haut; en tout cas, mes crises, si elles peuvent porter ce nom, étaient petites).
Je n'appréhende plus une sortie au restaurant, ou avec untel qui a pour coutume de me proposer à manger.
Je ne suis plus en panique totale quand je sais que les placards sont vides.
Je ne culpabilise plus après avoir manger, je n'ai plus envie de me vider de la nourriture avalée. Je peux même savourer le goût des aliments, apprécier des repas pris avec des gens que j'aime. Bref, la liste est longue.

Si j'ai tenu à détailler le tout dans ce long message, c'est parce que le peu de témoignage de guérison (en général, on écrit sur internet que quand on va mal) que je lisais quand j'allais tellement mal ne détaillait rien et me laissait pleine d'interrogations: je veux bien qu'on puisse reprendre une alimentation normale, mais peut-on arrêter d'y penser sans cesse, arrêter d'être bouffer par ça dans tous les domaines de la vie? Hé bien, pour ma part la réponse et oui, et j'ose croire que ce oui s'applique aussi aux guérisons de "vraies" boulimiques.

J'espère que mon message ne sera pas mal reçu, ce que je comprendrais tout à fait cependant; je continue de me sentir comme une intruse. En tout cas je veux que vous sachiez que j'espère sincèrement que vous guérirez tous et toutes. C'est sans doute le principal de ce que j'ai à dire. Je pense à vous et n'oublie pas le calvaire que tout cela est, et vous souhaite de tout coeur d'en sortir.

Bon courage à tous. <3
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Une petite touche d'espoir :) il y a 3 ans 2 mois #403

Bonsoir,

Ton témoignage est assez touchant et réaliste. C'est vrai qu"on vient surtout chercher du réconfort quand ça ne va pas mais j'imagine que lorsqu'on est guérit a qu'une envie c'est de laisser tout ça derrière soi !
Pourrais-tu nous dire comment tu as réussi à surmonter ces compulsions alimentaires?
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Une petite touche d'espoir :) il y a 3 ans 2 mois #405

  • deeper
  • Portrait de deeper
  • Hors ligne
  • Messages : 26
  • Remerciements reçus 4
Alors, je vais tenter de l'expliquer, plusieurs choses sont entrées en compte, et je n'ai peut-être pas encore assez de recul sur ses évènements récents pour les connaître toutes! ^^

Déjà j'ai entamé une psychothérapie (encore en cours) avec une psy que j'apprécie beaucoup et qui m'aide vraiment, car j'arrive enfin à dire ce que je pense et ressens pour de vrai (alors que je me suis coupée depuis à peu près toujours de mes émotions réelles), et l'exprimer est vraiment libérateur, m'aide à être plus en paix avec moi-même et à me retrouver.

Ce dernier point améliore considérablement ma vision de la vie et des relations (même si j'ai encore énormément de travail de ce côté-là), et je n'ai plus besoin de me réfugier dans des comportements destructeurs pour avoir l'impression d'agir et de contrôler ma vie (car c'était une des raisons principales: me sortir de l'impuissance); en effet le sentiment de vide existentiel et de terreur de vivre (expression lue ici que je trouve très pertinente) s'atténue petit à petit.

Je pense que c'est du au fait que j'ai retrouvé des choses pour "remplir ce vide" et calmer ma peur, c'est à dire d'autres activités que manger.
Par exemple je me suis remise à jouer de la guitare, ce que j'avais totalement arrêter de faire au début de ces problèmes (je n'y pensais même plus; comment dire, c'est comme si j'avais oublié que j'aimais ça). D'ailleurs, je pense que ce type d'activités est vraiment essentiel, que ce soit dessiner, écrire, lire, chanter, que sais-je...
Est-ce que vous aviez des activités que vous aimiez, et que vous avez abandonnés à cause de votre boulimie? Car renouer avec elles (si cela vous est possible du moins, ce n'est évidemment pas si facile) peut aider, même si on n'y pense pas forcément...

Je ne sais pas trop quoi ajouter. Les symptômes se sont en allées progressivement, jusqu'à ce que je réalise il y a peu que j'avais totalement arrêter d'être obsédée et donc pourrit par ça... :)
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
  • Page :
  • 1
Modérateurs: Nunuche, Cécile A.
Temps de génération de la page : 0.170 secondes