Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
Bienvenue sur le forum boulimie.fr!
  • Page :
  • 1

SUJET : Savoir qui l'on est

Savoir qui l'on est il y a 3 ans 6 mois #322

  • Repetto
  • Portrait de Repetto
  • Hors ligne
  • Messages : 4
  • Remerciements reçus 1
Bonjour à toutes :)


Je suis BV depuis une dizaine d'années, j'ai 28 ans. Je lis avec beaucoup d'intérêt les articles de Catherine Hervais sur ce site.

Je me rends compte que je n'ai pas une mauvaise image de moi... car je n'ai pas d'image de moi.... du tout!
Quand j'essaie de savoir qui je suis, j'ai beaucoup de difficultés à répondre. Instinctivement, j'essaie de me voir de l'extérieur, et je dois alors faire énormément d'efforts pour réussir à voir quelque chose. Le peu que j'arrive à voir me procure une sensation très positive, donc j'aimerais poursuivre et savoir pour cela quelles étaient vos méthodes perso ou thérapeutiques pour vous connaître.

Merci d'avances à celle(s) qui me répondront! ;)
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Savoir qui l'on est il y a 3 ans 6 mois #323

  • Eva
  • Portrait de Eva
  • Hors ligne
  • Messages : 3
  • Remerciements reçus 2
Bonjour Repetto, bonjour tout le monde,

Ton message m’interpelle car j'ai moi aussi 28 ans et suis boulimique depuis de nombreuses années. Ce sentiment de vide et de décalage, je le ressens à chaque minute, incapable de comprendre ce que je fais sur cette terre... Du coup comme l'expliquait Catherine Hervais dans une vidéo, seul le fait de manger m'apporte une sorte d'apaisement (entouré de tous les tracas que l'on connaît évidemment).

Je n'ai pas encore assisté aux groupes de Paris mais j'ai une thérapeute très active et vivante qui essaye de m'aider à mobiliser mes ressources pour me montrer que je ne suis pas rien. Le livre Je pense trop, comment canaliser ce mental envahissant de Christel Petitcollin m'a également aidée dans les moments difficiles. Il est bien car il ne traite pas du symptôme mais des gens qui ont une forme d'intelligence différente des autres qui les rend malheureux. Il montre comment faire de sa différence une force, comment prendre soin de soi et arrêter de s'auto-flageller.

En ce moment je dois faire des choix professionnels qui me paraissent insurmontables car je n'ai jamais su qui j'étais ni ce que je voulais faire dans la vie. J'ai déjà vécu et travaillé à l'étranger (j'étais partie avec "l'énergie du désespoir" comme je dis) et là on me repropose un contrat en Angleterre. Mais j'en ai marre de fuir et de faire des choix par défaut :( Si des personnes sur le forum ont déjà été confrontées à ce genre de dilemme, cela m'intéresserait d'avoir leur avis. Je sais bien qu'il faut être dans la vie et continuer à avoir des activités pour ne pas devenir dingue, mais comment arrête-t-on de survivre ?

Merci par avance. Bien amicalement,

Eva

P.S.: Repetto, tu n'es pas seule tu vois et je suis sûre qu'on va trouver la/des solutions :)
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Repetto

Savoir qui l'on est il y a 3 ans 6 mois #324

  • Repetto
  • Portrait de Repetto
  • Hors ligne
  • Messages : 4
  • Remerciements reçus 1
Bonsoir Eva,


Merci de ta réponse et de ta référence bibliographique, cela me semble effectivement très pertinent :) , je crois que je fais partie des personnes dont ce livre parle.


Pour répondre à ta question: "Comment arrête-t-on de survivre?", mon premier réflexe serait de remettre la question à l'endroit: "Comment fait-on pour vivre?". Il me semble que ta question rejoint la mienne sur le point de savoir comment se sentir vivre.

Concernant ton choix pro, je crois que comme pour le reste, la réponse est en toi (je sais facile à dire ;) ). Il s'agit d'avoir les bons appuis et le courage nécessaire pour rassembler les éléments qui te permettront de faire un choix parmi tes possibles.

Je suis malheureuse au plan professionnel depuis presque trois ans que je suis entrée dans la vie active. Je suis sur un poste pour lequel je suis plus que surdiplômée et dans un domaine qui ne correspond pas vraiment à mon domaine d'études. Je le vis très mal et cela ne m'aide pas du tout dans ma recherche d'identité. Il ne m'est pas impossible dans l'absolu de rejoindre un poste plus adéquat mais cela nécessite du temps, de la chance et de la persévérance. Cette épreuve tourne au supplice pour moi.

Je suis arrivée sur Paris depuis 3 ans, je ne suis pas suivie du tout depuis. Mais j'ai fini par plongé très profondément mi-novembre et de généraliste en service d'urgence, une solution s'est imposée : une hospitalisation en janvier pour donner le point de départ d'une prise en charge thérapeutique. Dans cette optique, je commence à réfléchir à mon problème et c'est pourquoi je viens déposer quelques idées ici et notamment cette interrogation: comment faire pour savoir qui l'on est ?
y1phbo3JKsAizNphtaLXyxMBLSpMbgwISuI-1eDsqmzqEN6HqkKUzfpNG9QsxddvI5w.jpg
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Eva

Savoir qui l'on est il y a 3 ans 6 mois #325

  • Eva
  • Portrait de Eva
  • Hors ligne
  • Messages : 3
  • Remerciements reçus 2
Bonjour Repetto, bonjour à toutes et à tous,

Merci pour ta réponse. Hé bien je trouve cela très courageux de ta part de te faire hospitaliser. Tu mérites un break et, comme dit souvent mon père, "l'important d'abord". J'ai moi-même été suivie en hôpital de jour à Saint-Anne dans le 14ème il y a quelques années, à l'époque où j'étais anorexique uniquement dans la restriction (sans boulimies). Puis j'ai accepté de me faire hospitaliser à temps plein dans ma région en Bretagne pendant trois mois, cette fois-ci parce que mon quotidien ne se résumait plus qu'à manger du matin au soir.

J'espère que tu pourras ainsi te recentrer sur tes désirs. Parce qu'honnêtement on est trop bien et on a trop de valeur pour se laisser imposer des choses qui ne nous conviennent pas, n'est-ce pas? ;)

Aujourd'hui j'ai encore du chemin à faire mais, quand on me propose un travail, je ne vois pas ça comme une faveur qu'on me fait mais plutôt comme une faveur que je fais à l'entreprise hi hi. Tu dois trouver cela un peu présomptueux mais zut, on en a assez bavé. Je refuse de devenir soumise voire esclave juste parce que c'est la crise éonomique tu vois. Après il faut bien vivre et payer son loyer, évidemment :) Mais je suis convaincue qu'on peut le faire sans se laisser marcher sur les pieds et en faisant quelque chose d'épanouissant. Mais pour se faire il faut d'abord savoir qui l'on est, quelles sont nos valeurs et nos priorités dans la vie. C'est pour ça que je pense que te poser à l'hôpital peut être bénéfique pour faire un point. A Sainte-Anne il y avait des groupes de parole auxquels j'aimais participer car ils me permettaient aussi de me confronter aux autres.

A part cela, en ce moment j'ai un petit "truc" qui m'aide à tenir. Quand j'ai des obsessions et des envies de boulimie, je me dis : "c'est un apaisement" (car c'est juste ça au final, une manière de s'apaiser). Alors ça remet les choses dans leur contexte et surtout ça me permet de démythifier la boulimie. Ce n'est QU'UN apaisement. J'arrive du coup à être plus proche de mes émotions et à cerner ce qui ne va pas et la raison pour laquelle j'ai besoin de manger/m'apaiser à cet instant T. Et puis des fois et bien ce besoin passe, et j'arrive à me calmer de manière différente car j'ai mieux cerné mon problème du moment. Hier j'ai même réussi à bouquiner et à regarder une série à l'ordi rien que grâce à cette petite phrase "ce n'est qu'un apaisement".

Voilou je te souhaite une bonne journée ainsi qu'à tout le monde sur le forum. On est sur la bonne voie.

Amitiés, Eva
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Savoir qui l'on est il y a 3 ans 6 mois #326

  • Repetto
  • Portrait de Repetto
  • Hors ligne
  • Messages : 4
  • Remerciements reçus 1
Hello Eva,


Plus que quelques jours de travail pour moi avant deux semaines de vacances chez mes parents...où je suis traitée comme une princesse ;)



en ce moment j'ai un petit "truc" qui m'aide à tenir


>> Je me permets de te reprendre là-dessus: je ne crois pas qu'il s'agisse de tenir face aux obsessions alimentaires mais plus de se mettre sur la bonne voie pour se sentir bien. C'est un leurre que de croire envers et contre tout que l'addiction alimentaire permet de vivre. Elle permet de se suspendre au-dessus d'un vide qu'on ne sait pas (encore) traverser. C'est un peu abstrait ce que je dis là, j'espère que vous me comprendrez :oops: .

Je ne me supporte pas. J'ai beaucoup de mal à vivre avec moi-même. Cette haine provoque en moi un mal violent. Pour ne pas vivre ça et pour me sentir vivre malgré tout (besoin vital), je me prive puis je fais de la BV. Toute ma vie défile sur ce mode depuis dix ans.

Ce n'est que le tout début du commencement pour moi. Je suis encore bien dans les TCA....
Dernière édition: il y a 3 ans 6 mois par Repetto.
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Savoir qui l'on est il y a 3 ans 5 mois #329

  • sofia7870
  • Portrait de sofia7870
  • Hors ligne
  • Messages : 5
  • Remerciements reçus 1
bonsoir repetto

pour ma part cela fait 19 ans que je souffre de boulimie j'ai 33 ans
j'ai fait divers thérapie, je ne savais pas exister par moi meme je croyais que je devais etre comme les autres pour exister.
et j'ai découvert la gestalt via catherine hervais son site et ses livres. j'ai trouvé une thérapeute gestalt dans ma région et je commence enfin à revivre vraiment! je fais également des groupes de gestalt
les deux sont complémentaires pour moi mais en groupe tu avances dix mille fois plus vite qu'en individuel.
je fais une reconversion professionnelle je me suis enfin trouvée, j'ai encore du chemin à faire mais
je me sens mieux!!!
j'ai fait aussi de la relaxation pour m'aider aussi

courage à toi
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Repetto

Savoir qui l'on est il y a 3 ans 5 mois #330

  • Repetto
  • Portrait de Repetto
  • Hors ligne
  • Messages : 4
  • Remerciements reçus 1
Bonjour Sofia,


Merci de ta réponse :) . Est-ce que tu saurais expliquer ce que la gestalt thérapie change chez toi au niveau de ta personnalité et de ta "vie intérieure"?
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Savoir qui l'on est il y a 3 ans 5 mois #331

  • sofia7870
  • Portrait de sofia7870
  • Hors ligne
  • Messages : 5
  • Remerciements reçus 1
la gestalt me permet de plus prendre conscience de mes émotions et de les sentir aussi corporellement
par exemple je sens monter la colère, je n'explose plus de colère et je sais que quand je suis en colère j'ai mal au pied.je mets en place des choses je ne reagis plus sur l'instant
ca m'a permis de nuancer ma vision, de ne plus etre dans le tout blanc tout noir.
j'ai commencé à regarder autrement le monde extérieur car ma vision était erronnée, et petit à petit à m'ajuster dans mes relations
j'ai encore des crises de boulimies mais beaucoup moins...
la thérapie de groupe fait avancer énormement sur la conscience de ce que je suis ma propre personnalité et le regard des autres qui est difficile pour les personnes boulimiques
je m'affirme plus car j'avais du mal à m'affirmer dans un groupe en général.et je vois maintenant autant mes qualités que mes défauts je ne me focalise plus sur ce que je veux changer en moi je l'accepte
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
  • Page :
  • 1
Modérateurs: Nunuche, Cécile A.
Temps de génération de la page : 0.753 secondes