Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
Bienvenue sur le forum boulimie.fr!
  • Page :
  • 1
  • 2

SUJET : Boulimie non vomitive, besoin d'en parler

Boulimie non vomitive, besoin d'en parler il y a 1 an 7 mois #739

Bonjour à toutes et à tous,

je m'appelle Anaïs, j'ai 32 ans, et je suis boulimique depuis près de 15 ans. Tout a commencé par de l'anorexie, puis la boulimie a rapidement pris le dessus.
Ces temps ci je suis sans emploi, c'est l'enfer, le vide de journées sans fin. Le temps me le permettant, je fais pas mal de crise, et de grignotage tout au long de la journée. Et je prends du poids. ça, je ne peux le cacher. Je n'en peux plus de ces fluctuations de poids. Quand je suis mince tout va pour le mieux, je me sens désirable et je fais beaucoup de rencontres (je suis célibataire malgré tout). Puis en 1 mois je prends 10 kilos et là je n'ose plus me montrer aux hommes que j'ai précédemment rencontrés. Je n'ose même pas sortir dans les lieux publics comme les bars, où je pourrais croiser l'une de mes précédentes conquêtes. Quelle honte ce serait de les revoir! Moi, si jolie, devenue bien plus ronde en un temps record, bien moins séduisante. Je ne pense même pas un seul instant que quelqu'un voudrait de moi. Je me sens laide, nulle, paumée, incomprise.
Si vous aussi vous en avez plus que marre de ces fluctuations de poids, ou si vous avez tout autre rapport à la boulimie je vous lirai et échangerai avec vous avec grand plaisir.
Je ressens un réel besoin de partager mes maux avec des personnes qui comprennent ce que je vis depuis trop longtemps.
Alors n'hésitez plus, envoyez moi un message et on papotera ;) ça ne peut être que positif et ça ne coûte rien!
A très bientôt!
Anaïs
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Boulimie non vomitive, besoin d'en parler il y a 1 an 7 mois #741

Bonsoir Nanou85,

je ne comprends que trop bien ce que vous ressentez... Le vivant moi-même.. De plus mes proches ne sont pas épargnés... Dans tout les cas, je me rends bien compte que mon immaturité affective est la cause de beaucoup de mes maux... j'ai juste l'impression d'être restée enfant... :blush:
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Boulimie non vomitive, besoin d'en parler il y a 1 an 7 mois #743

  • Kalinka
  • Portrait de Kalinka
  • Hors ligne
  • Messages : 3
  • Remerciements reçus 1
Bonsoir Anaïs,

Je comprends tout à fait ce que tu ressens. La boulimie, la solitude, le vide angoissant qui hante tes journées. Boulimique depuis 13 ans et au chômage également, je compatis...
La boulimie est un cercle viscieux, difficile d'en sortir. Et ces placards qui t'appellent en permanence !
Le fait de ne pas travailler me donne l'impression que je suis nulle et inintéressante pour mon entourage.

Depuis peu j'essaye de me prendre en main pour voir les choses différemment, de voir ce temps libre comme une chance et de le mettre à profit. Pourquoi plaire aux autres alors que je ne me plais pas à moi-même ? Du coup j'essaye de trouver des petites choses pour me plaire un peu plus et faire autre chose de mes journées que des crises. Réapprendre à me connaître et (pourquoi pas) m'aimer un peu ? Trouver des activités qui me plaisent, des petites choses du quotidien pour penser à autre chose qu'aux placards (dessiner, lire, me promener, faire du sport...).

Facile à dire comme ça mais pas facile à faire je te l'accorde.
En tous cas si tu as besoin de parler n'hésite pas :)
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: Nanou85

Boulimie non vomitive, besoin d'en parler il y a 1 an 7 mois #744

Bjr Kalinka,

c'est super si tu arrives à faire des activités! Car seule, pas facile de se motiver... Quand je suis en période "crise", je ne fais absolument RIEN. A part manger, bien entendu...
Tu n'as pas grande estime de toi-même apparemment. Mais n'oublie pas que la boulimie, on ne l'a pas choisie, on la subit. Nous sommes de grandes sensibles addicts à la nourriture. Comment pourrait-on choisir cela? J'aimerais savoir quelles sont les activités qui te permettent le plus de ne pas penser à la nourriture! Peut-être que cela me donnerait des idées! Perso je peints un peu, mais je suis une piètre peintre et je suis bien souvent déçue du résultat, du coup, je me trouve nulle aussi... Faudrait pt-être mieux que j'arrête.

Merci pour ta réponse et à bientôt ;)
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Boulimie non vomitive, besoin d'en parler il y a 1 an 7 mois #745

  • Nunuche
  • Portrait de Nunuche
  • Hors ligne
  • Messages : 37
  • Remerciements reçus 8
Chère Kalinka, je suis psychologue et en lisant ton post j'ai envie de te dire que ce n'est pas facille pour une boulimique d'apprendre à se connaître en faisant des activités qu'elle peut trouver agréable. Je pense que ce qu'il faut c'est apprendre à se connaître face à l'autre dans l'intimité, apprendre à dire non quand c'est important pour soi et surtout sans agressivité, apprendre à ne pas fuir dans les situations relationnelles qu'on ne supporte pas ... Il est là le travail qui est à faire selon mon expérience pour faire partir la boulimie. Mais les articles de boulimie.fr le disent plus explicitement que ce message. Bonne continuation.
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: petitefille

Boulimie non vomitive, besoin d'en parler il y a 1 an 7 mois #746

  • Kalinka
  • Portrait de Kalinka
  • Hors ligne
  • Messages : 3
  • Remerciements reçus 1
Bonsoir Anaïs,

C'est vrai qu'on a pas choisi la boulimie mais aujourd'hui je n'ai encore trouvé personne pour m'aider à sortir de cet engrenage dans lequel je suis depuis tout ce temps. Du coup j'essaye de me prendre en main moi-même, de me raisonner. Je suis à un stade où j'en ai marre d'etre dirigée par la bouffe et je veux redevenir (ou devenir car je ne sais pas si je l'ai vraiment déjà été) maître de moi même.

Du coup je profite du beau temps quand le soleil pointe son nez, j'enfile mes baskets et je vais courir. Pas forcément longtemps, mais ça me défoule, ça m'apaise et j'ai l'impression de re-découvrir mon corps. Le fait de sentir mes muscles quand je bouge me motive à prendre à nouveau soin de moi et me donne envie de faire un peu attention à ce que je mange... Ça ne dure pas forcément longtemps parce que les crises trouvent toujours un moyen pour resurgir mais du coup le temps que je suis sortie et que je profite de cette sensation de bien être en re-découvrant mes muscles, c'est quelques crises évitées. Je me dis que c'est toujours ça de pris !

Et le pire c'est que moi qui déteste courir, j'y ai pris goût ! :-)



Nunuche,

Je ne suis pas psychologue mais dans la pathologie depuis 13 ans. J'ai vu beaucoup de spécialistes différents qui m'ont éclairé sur mon passé, mon enfance, etc, mais ça n'a jamais enlevé cette habitude des crises. Parce qu'aujourd'hui pour moi c est tellement ancré que ça fait partie de mon quotidien. Mon corps est capable d'ingurgiter des quantités astronomiques de nourriture, à tel point que je ne sais même plus ressentir la satiété. Je ne fais aucune différence entre la faim et l'envie de manger. C'est une pulsion qui me dirige et je ne peux rien faire pour l'en empêcher.

Fatiguée de ne pas trouver LA bonne personne qui pourra m'accompagner, j'essaye de me prendre en main moi-même. Je me dis que c'est déjà un bon début et ça fait 7 jours que je n'ai pas fait de crise. Ça fait 13 ans que je fais 1 à 5 crises par jour. J'ai l'impression d'avoir découvert le bonheur et je me laisse aller sur mon petit nuage de fierté.

Peut-être pas la bonne solution, ni un bon conseil, en attendant ça semble fonctionner pour moi donc je le partage, et je savoure les longues journées où je découvre que j'ai le temps de faire plein de choses ! :-)
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Boulimie non vomitive, besoin d'en parler il y a 1 an 6 mois #747

Bonjour à toutes et à tous. Voilà j'écris ce message pour parler avec des personnes qui peuvent comprendre ce qui n'est souvent pas le cas de l'entourage. Je me suis gavée d'information sur le site pendant des jours et des jours. Comme besoin de comprendre ce que je ne peux pas contrôler. Je comprends milles fois les variations de poids. J'ai fait un régime il y a de ça 3 ans maintenant et j'avais réussi à perdre 48 kgs, je me vois les reprendre petit à petit, j'avais atteint un poids de 68 kg et pèse aujourd'hui 85 kilos... J'ai honte et je me déteste de tout gâcher à cause de ces maudites crises. Parfois j'en peux plus moralement je supplie (j'sais même pas à qui) puis peu après je me déteste, je m'insulte. J'ai un chien que je sors plusieurs fois par jour, j'ai une formation à laquelle je vais en étant effrayée intérieurement puisque les autres émettent un jugement sur moi (mais oui c sûr j'suis la seule à être grosse), je vais régulièrement faire du fitness et de l'aquafitness, mais j'évite de me rendre aux cours collectifs (encore peur du regard méprisant sur la baleine ridicule qui fait du sport et j'vous passe la violence que je dois me faire pour descendre en maillot de bain). J'ai une psychologue spécialiste des addictions mais elle ne fait pas de miracle. Un cri de désespoir parmis tous les autres.
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Boulimie non vomitive, besoin d'en parler il y a 1 an 6 mois #748

Bjr Jahléa. On ressent bien ta détresse à travers ton message. C'est difficile à gérer tout ça hein? Ce qui est sûre c'est que tu es très forte, car tu suis une formation, tu arrives à faire de l'activité physique, tu te bouges quoi et ça c'est génial. Je dis cela car je me suis déjà retrouvée dépressive à ne faire que manger toute la journée, et vraiment RIEN d'autre... Et aller faire du sport relevait juste du miracle. Alors oui je te trouve courageuse. Tes variations de poids je connais ça aussi, ne baisse pas les bras parce que tu as repris du poids, grossir n'est pas irréversible. J'aimerais pouvoir te donner qqs conseils pour te sentir bien, mais je ne suis pas médecin ni psy, et des conseils j'en ai bien besoin moi-même. Alors je ne peux que t'encourager à aller de l'avant, en pensant qu'on est dans le même bateau et que comme toi il y a des boulimiques qui doivent se battre quotidiennement. On doit s'en sortir, la boulimie est un trouble qui doit s'effacer de nos vies, et on y arrivera. Comme je te l'ai dit, tu es forte. Je te souhaite tout plein de courage et attends de tes nouvelles avec impatience.
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Boulimie non vomitive, besoin d'en parler il y a 1 an 6 mois #749

Merci beaucoup Nanou pour tes encouragements ! Cela me fait beaucoup de bien. Je suis passée par le passage dépression, cloîtrée avec mes crises et aussi des pensées morbides. J'ai laissé échapper ma détresse devant mon assistante sociale et elle a tout de suite sû quoi faire. En fait je crois que mes enfants sont un moteur. Je me suis dit : "mais que sera leurs vies si ils me prennent pour modèle ?" Oui je suis comme ça mais je n'ai pas à le faire subir à mes enfants c'est mon problème et je sais que la dépression les a beaucoup atteint. J'ai vraiment pris sur moi pour sortir à nouveau, être prise d'angoisse et me mettre à pleurer sans aucune raison apparante à l'extérieur comme au supermarché ou encore dans la file d'attente à la banque. Je suis censé subir des opérations de chirurgie réparatrice notamment ma poitrine et je dois perdre encore 20 kg et stabiliser encore 6 mois au delà de ma perte de poids. Tout ça commence à me paraître de plus en plus loin. Ce qui est le plus difficile à gérer pour moi c'est l'échec sentir que je râte quelque chose est la pire torture qu'il soit donc la peur de raté quelque chose avec mes enfants c'est quelque part un rempart même si c'est récent. Actuellement je n'arrive plus à savoir si ce sont des crises, à l'heure du repas j'ai vraiment faim mais la quantité pour moi ne semble pas normale.
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Boulimie non vomitive, besoin d'en parler il y a 1 an 4 mois #754

  • ninine
  • Portrait de ninine
  • Hors ligne
  • Messages : 1
Bonjour,

Hier, en arrêt maladie, je repensais à ma séance de psychothérapie de la semaine dernière et ce qui s'y est dit... Je fais ce travail depuis 10 ans et je suis boulimique depuis... l'enfance!
Rien n'y fait. Aujourd'hui je ne suis même plus capable de faire des jours de diète ou de rééquilibrage pour "maitriser" ce poids (88kg!). Je ne peux m'empêcher de penser que je vais y arriver au 100kg! En ce moment, je suis en plein dans ma période (une énième) d'angoisse de séparation avec mon conjoint que je soupçonne d'avoir une maîtresse puisque... nous n'avons plus de sexualité tant je me déteste...
Lui si aimant et patient ce raccroche à notre 3 qu'il aime tant; nous 2 et notre fils. Mais j'y arrive plus: les crises sont bel et bien là, mon corps monstrueux aussi et mon couple de plus en plus loin intimement parlant. Alors voilà, je débarque parmi vous car je ne sais plus quoi faire, penser... Et dire que je suis sous Prozac... Mais cette enfance, mon enfance ne cesse de me hanter... Au bout de 10 ans j'arrive à le dire, l'admettre. L'impression d'être restée là bas, dans ce temps...
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
  • Page :
  • 1
  • 2
Modérateurs: Nunuche, Cécile A.
Temps de génération de la page : 1.223 secondes