Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi
Bienvenue sur le forum boulimie.fr!
  • Page :
  • 1

SUJET : Prise de conscience et appel à l'aide

Prise de conscience et appel à l'aide il y a 3 ans 1 mois #568

  • Ophelia
  • Portrait de Ophelia
  • Hors ligne
  • Messages : 2
  • Remerciements reçus 1
Bonjour à tous,

Je viens ici dans le but de partager ma maladie et dans l'espoir de rencontrer des personnes qui sauront me donner le courage que mon entourage est incapable de me donner (je ne les blâme pas, au contraire) ...

J'ai 24 ans, je mesure 1m60 et aussi loin que je puisse me souvenir, j'ai toujours été en surpoids (actuellement 78 kilos), cela doit faire 16 ans maintenant. Pendant ces 16 années, j'étais persuadé que j'avais simplement des problèmes de gourmandise, pour moi, la boulimie n'était possible que lorsque l'on se faisait vomir après, mais comme je suis émétophobe alors il était impossible que je sois boulimique. En y repensant aujourd'hui c'était surtout un moyen performant de me protéger de la réalité : je suis boulimique, point final.

Il y a quelques semaines, j'ai pris conscience de ma maladie. Je décidais d'aller faire les magasins pour me trouver un nouveau pantalon, lorsque j'ai vu mon reflet dans le miroir et que je ne rentrais plus dans du 42, ça a été un choc (je n'ai pas de grand miroir chez moi). Je me suis alors senti tellement coupable et je me suis détestée. De toute façon tout cela est de ma faute, c'est moi seule qui achète les cochonneries et c'est moi seule qui mange sans compter seulement je n'arrive pas à contrôler ces crises. Ce sont des pulsions qui viennent combler un je ne sais quoi impossible à déceler.

Depuis que je suis toute petite, j'ai toujours été attirée par la nourriture et par la "bonne bouffe" : les repas de famille, les anniversaires, etc. Ces moments représentaient un moyen de pouvoir manger énormément sans être jugée par mes parents car ils étaient occupés à gérer les invitées. Quand il n'y avait pas ces journées, je grignotais en cachette, et même quand la tentation avait disparu des placards, je trouvais toujours quelque chose à piquer, même des aliments les plus étonnants ... Ma mère n'a jamais su deviner ce qui m'arrivait, à cette époque, c'est peut-être normal pour un enfant d'être aussi gourmand, alors pour elle, je n'arrivais juste pas à être raisonnable, j'avais un manque de volonté. Et je ne peux pas lui en vouloir d'être aveugle à ce propos, après tout, nous avons une vie tout à fait normal, 90% du temps, je suis heureuse (en tout cas mon apparence le montre) et ma vie n'est pas catastrophique, alors qu'est-ce qui cloche chez moi pour être atteinte de boulimie ?

Pendant des années, j'ai testé des régimes (Weight Watchers avait bien marché, ma mère était très présente pour me supporter), mais à chaque perte de poids, je finissais toujours par baisser ma garde et retomber dans ces crises de grignotage compulsif, encore une fois sans vraiment savoir pourquoi : que je sois triste ou heureuse, manger me faisait du bien, me fait du bien. Mais dès l'instant où je me sens remplie, je me déteste à nouveau, me persuade de ne plus recommencer. Puis une journée passe, on dit que la nuit porte conseil, mais non, la nuit permet juste d'oublier nos émotions passées pour reprendre le meme quotidien , la même galère !

Me voilà donc aujourd'hui, à 24 ans, ici pour partager mon expérience avec vous, comprendre à travers vos témoignages qu'on est jamais seuls à traverser ce genre de situation.

La première étape de ma guérison sera d'en parler à mes parents, qui, j'en suis certaine, me supporteront à 100% même s'ils ne pouvaient pas s'en rendre compte d'eux-même à l'époque. Mais j'ai tellement peur de les décevoir et de ne jamais réussir à m'en sortir.

C.
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Prise de conscience et appel à l'aide il y a 3 ans 1 mois #571

  • ptiradis
  • Portrait de ptiradis
  • Hors ligne
  • Messages : 41
  • Remerciements reçus 3
Welcome Ophelia,

Félicitations pour ton courage et pour avoir expliqué ta situation. Tout le monde n'en ai pas capable et le fait que tu en parles et que tu assumes ta maladie est déjà un énorme pas !!

Alors, petite présentation rapide de moi :
Age : 23 ans
Poids : 59 kilos
Taille : 1,61 m
Maladie : boulimie vomitive/ anorexie
Situation : En crise depuis janvier avec vomissement tous les jours ET en voie de guérison depuis un peu moins d'un mois.

De ce que j'ai compris, tu ne te fais pas vomir et c'est un point positif. Maintenant, pour les personnes qui ne se font pas vomir et qui mange trop, la prise de poids n'est pas évidente.
Pourquoi tu ne va pas voir une diététicienne en lui expliquant un peu ton problème ? Tu serais suivi et pesée, et si tes parents ont toujours été derrière toi tu pourras être motivée !

Après, je ne te conseil pas de te mettre à faire des régimes toute seule, surtout avec cette maladie. C'est assez difficile car on peut se dire très vite que mangez moins va arranger les choses, ou ne plus manger ou même pire se faire vomir.

Ensuite, et je sais que ça ne va pas être facile, ne te dégoûte pas en te regardant dans le miroir :). On est pas toutes fines ou pesant 50 kilos. Tu as un peu de poids à perdre ? Et bien tu finiras par y arriver ma belle ! Tu seras prête à maigrir quand tu e lutteras plus contre ton corps ... mais contre tes kilos. Et crois moi, ça change tout.

Si tu veux parler, que tu as des questions n'hésite pas :3. Le forum est fait pour ça. Tiens nous au courant ;)

Allez caresse et nougatine :P

#FORCEETHONNEUR
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.

Prise de conscience et appel à l'aide il y a 3 ans 1 mois #580

  • Ophelia
  • Portrait de Ophelia
  • Hors ligne
  • Messages : 2
  • Remerciements reçus 1
Salut Ptiradis,

Merci pour cette réponse remplie d'encouragements ! Ca fait du bien d'avoir des gens présents qui comprennent réellement ce que l'on traverse.

Pour ma part, je voyais une diététicienne avant de déménager, certes sur le coup, j'étais motivée car son programme n'était pas frustrant et je perdais relativement vite. Mais mon déménagement et mon rythme de vie actuel ne me permet plus de pouvoir y aller. De plus, je me retrouve seule, loin de ma famille et je n'éprouve pas de motivation à reprendre mes habitudes passées (sport et alimentation saine). Mais je me pose la question : est-ce qu'une diététicienne suffirait à m'aider à combattre cette maladie ? Est-ce que voir une psychologue est réellement efficace ?

Je sais que mes crises fonctionnent par phase, uniquement le soir et lorsque je me retrouve dans une situation (pro ou perso) que j'aimerais ne pas vivre. Je suis consciente de ça, mais je n'ai juste pas le courage d'y faire face et préfère me réfugier dans la nourriture, meme si je sais que j'empire mon cas.

Ce soir, je viens de recevoir un bouquin qui parle de boulimie. Il s'appelle My mad fat diary et a été adapté en série britannique il y a 2 ans (elle fait un succès). Lorsque je la regardais, elle me redonnait espoir et je me rendais compte que j'acceptais mieux mon corps quand je me voyais dans certaines situations que le personnage principal vivait. Je pense que lire ce livre, qui est en fait le témoignage d'une ancienne boulimique, m'aidera à trouver la force et me raisonner ! Je reviendrai vous en parler quand je l'aurai terminé, pour vous donner mon ressenti !

Je te félicite grandement pour ton rétablissement, et suis de tout coeur avec toi !
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
Cet utilisateur a été remercié pour son message par: ptiradis

Prise de conscience et appel à l'aide il y a 3 ans 1 mois #583

  • ptiradis
  • Portrait de ptiradis
  • Hors ligne
  • Messages : 41
  • Remerciements reçus 3
Merci ma belle et très intéressant cette série et ce livre que je ne connaissais pas !
Accroche toi à ce que tu penses être un levier pour toi. Si ce livre peut t'apporter de l'aide c'est une très bonne chose !

La motivation reste bien sûre l'une des c lé vers la guérison mais rappelle toi qu'avant de te remettre au sport et vouloir perdre du poids, tu dois d'abord apprendre à aimer ton corps, c'est vraiment important.

Après pour le psychologue, je pense que ça dépend et du professionnel et du patient. Mais pourquoi pas essayer ?

En tout cas, pleins de bisous à toi et c'est avec impatience que j'attend de tes nouvelles ;)

Courage ma belle <3
L'administrateur à désactivé l'accès en écriture pour le public.
  • Page :
  • 1
Modérateurs: Nunuche, Cécile A.
Temps de génération de la page : 0.727 secondes