Pas de panique on s'en sort

Écrit par . Publié dans Concrètemet, que faire ?

1 1 1 1 1 3.3 Stars / 25 Ratings

Jérôme est inquiet. Il nous écrit :
"Ce site me donne maintenant un peu l’impression que ma compagne (qui répond à plusieurs de ces symptomes) a une bombe à l’intérieur d’elle-même et qu’elle risque d’adopter des comportements excessifs à tout moment (sexualité, drogue, addiction, colère, suicide…)." dit Jérôme à propos de sa compagne. "je voudrais être rassuré sur un point au moins et me dire que ce n'est qu'une partie de sa personnalité qui est malade et non pas sa personnalité toute entière".

Pas de panique Jérôme, ce n'est pas toute sa personnalité qui est malade, c'est la partie émotionnelle de sa personnalité. A part ça elle est géniale, généreuse, créative comme la plupart des personnes boulimiques anorexiques (qui sont en général personnes hors du commun avec des qualités exceptionnelles) et, vous avez raison, ce n'est toute sa personnalité qui est malade mais simplement une partie de sa personnalité. Une jeune femme de 16 ans vient de me dire que sa mère ne voulait pas qu'elle fasse de la thérapie parce qu'elle craignait que ses bons côtés partent avec ses côtés "malades". En fait quelle surprise pour la maman de découvrir en fin de thérapie que les bons côtés étaient toujours là sans les côtés "malades".

La part émotionnelle de sa personnalité

De nombreux psys s'entendent sur l'efficacité de la thérapie de groupe pour soigner le manque profond de confiance en soi, l'hyper-émotivité, la tendance à ne pas "calculer" l'autre quand on est mal dans sa peau. Vous l'aurez compris l'important est de ne pas s'attarder en thérapie sur ses problèmes alimentaires ni sur son histoire familale.

ON S'EN SORT. L'important pour vous dans votre compréhension de son problème était de rompre avec les shémas traditionnels de la boulimie anorexie et de vous rendre compte que son vrai problème, ce n’est pas de manger trop d'un coup ou tout le temps, ce n’est pas un manque de volonté, ce n’est pas du laisser aller, ce n’est pas un vice de gloutonnerie, ce n’est pas de la provocation, ce n'est probablement pas non plus qu'elle ne vous aime plus tout à coup, du jour au lendemain.

Patience donc quand elle "disjoncte" attendez que ça passe. Ne vous blessez pas, n'essayez pas d'aider, n'essayez plus de comprendre et dites-vous que provisoirement elle est juste dépassée par désorganisation intérieure et qu'après une thérapie ajustée de tels moments ne vous bousculerons plus avec autant de violence.

Partagez l'article sur:

FacebookTwitter

Commentaires  

 
+4 #1 erialc 18-01-2014 11:55
Bonjour
Avec un tel soulagement aujourd’hui, j ai découvert votre site .
Ma fille , 19 ans après avoir été anorexique pendant deux ans , ayant stoppé toute thérapie (centre de Pau et de Toulouse) est aujourdhui boulimique et profondément perturbée. elle surconsomme des laxatifs et diurétiques mais est dans un déni total de sa maladie et refuse toute consultation ou autre. Que faire????