| Imprimer |

Comment gérer la relation avec ses proches

Écrit par . Publié dans La part de soi

1 1 1 1 1 3.9 Stars / 5 Ratings

Comment gérer la relation avec ses proches quand on est boulimique-anorexique et qu’on arrive même pas à gérer la relation à soi-même ?

Certains décident de ne pas dire qu’ils sont boulimiques. Ils font semblant d’aller bien et supportent héroïquement la frustration de ne pas « craquer » quand ils ne sont pas seuls, même s’ils en crèvent d’envie. Bien sûr ils ont du mal à avoir l’air présent et s’échappent au moindre prétexte pour aller manger (une course à faire, un ami à voir, un travail en retard…). Leur secret reste verrouillé: parents, maris, femmes, enfants, amis ne se doutent absolument de rien.

Quand j'ai fait ma thérapie de groupe je me suis rendue compte que ça ne servait à rien de comprendre, qu'il fallait juste que je change mon comportement et mes relations avec les autres.

D’autres prennent le parti d’en parler. C’était le choix de Céline quand elle a rencontré Jean-Marc. Elle trouvait ça plus «honnête». Elle ne voulait pas lui cacher quelquechose qui prenait autant de place dans sa vie. Mais ce n’est pas facile d’expliquer ce qui, pour soi-même, est assez incompréhensible. Comment dire qu’on a besoin de vider le réfrigérateur et les placards tous les jours, qu’on dépense tout son argent en nourriture et qu’on n’a pas la volonté de se retenir ? Comment ne pas avoir honte du regard de l’autre quand on a pris six kilos en une semaine ou quand on vous voit aller aux toilettes après chaque repas?

 

Comment ne pas culpabiliser quand l'entourage s'inquiète?

Comment ne pas se sentir mal quand on vous fait le reproche de trop manger, de grossir, de vous faire vomir? Comment dire qu’on ne veut pas se mettre à table au moment du repas parce qu’on a besoin, soit de ne pas manger, soit de manger énormément et qu’on ne peut pas le faire devant quelqu’un d’autre. Comment ne pas s’énerver quand l’entourage vous donne des conseils que vous vous sentez incapable de suivre? Comment ne pas culpabiliser quand ceux que vous aimez s’inquiètent ? Comment assumer leurs reproches? « Je suis boulimique, mon ami le sait et veut que j’arrête mes crises. J’ai l’impression qu’il m’en veut, qu’il me trouve nulle et faible » écrit Joy*. Comment ne pas déprimer de les voir malheureux comme cette maman confie son angoisse sur le forum de boulimie : « Ma fille est boulimique depuis trois ans, elle ne se fait pas vomir mais mange en grosse quantité, elle a pris enormement de poids et maintenant refuse de sortir. Elle reste cloitré dans sa chambre enfermée dans le noir a manger. Elle a perdue son travail et commence a perdre ses amis, je ne sais plus quoi faire » écrit une maman désespérée.*(1)?

 

... et en même temps comment en parler ?

Mais comment en parler lorsqu’on a soi-même du mal à comprendre ce qui se passe ? Comment trouver les mots pour le dire, des mots qui expliqueraient la vraie nature du problème ?

Samuel a montré boulimie.fr à ses parents. « Depuis que mon père l’a lu, il a compris que cela ne servait à rien de s’énerver sur mes désordres alimentaires, il a insisté pour que je vois un psy et il a eu un comportement plus ajusté à mon égard. On s’engueulait tout le temps, maintenant on se parle… d’autre chose. Il a compris que s’il voulait avoir une relation avec moi, il ne fallait pas aborder la question de la boulimie». Lire ce site vous permettra peut-être vous aussi de trouver les mots pour le dire et d’expliquer à vos proches que vous avez des boulimies parce que vous êtes sous l’emprise d’une obsession. Vous ne pouvez pas lutter parce que manger vous appaise. Ce n’est pas un problème de volonté (d’ailleurs de la volonté vous en avez parfois à revendre) c’est un problème plus fort que vous qui ne peut se solutionner que lorsque vous aurez trouvé d’autres ressources que la nourriture pour calmer cette inquiétude.

 

Boulimie.fr un médiateur parfois utile

En lisant ce site vous comprendrez également les aspects « dépendants » de votre personnalité qui vous poussent à manger dès que l’affectif est en jeu. Regarder également la rubrique des vidéos des personnes qui s’en sont sorties. Ces vidéos sont intéressantes parce qu’elles démontrent qu’on s’en sort en travaillant sur soi et non en se retenant d’avoir des crises... Et pourquoi pas, montrez ces vidéos à vos proches. Cela les rassurera : ils verront qu’on s’en sort en travaillant sur soi et ils comprendont également qu’il est inutile de vous faire la guerre sur vos excès alimentaires. *(2).

Si les mots vous manquent parce que ce sujet vous paraît trop brûlant, si vous n’osez pas ou ne voulez pas montrer ce site à vos proches, vous pouvez évenutellement laisser traîner dans la maison : « Vivre et communiquer avec un proche boulimique-anorexique » (ed. Dunod), notre livre du mois. En le lisant, ceux-ci comprendront sans doute pourquoi vous avez besoin de manger autant, pourquoi vos humeurs alternent continuellement du blanc au noir… . Ils comprendront aussi que la boulimie a une fin. Alors, rassurés, mieux informés, la communication avec eux gagnera en légèreté et en qualité et vous les verrez peut-être se positionnner différemment par rapport à vous.

Partagez l'article sur:

FacebookTwitter