Comment rendre accro......

Écrit par . Publié dans Boulimie et amour

1 1 1 1 1 3.0 Stars / 7 Ratings

Comment rendre accro un garçon qui veut prendre son temps ? C’est la question que Zoé se pose. Zoé se pose-t-elle la bonne question ? Son copain veut-il vraiment laisser du temps au temps où se sert-il de cette réponse pour ne pas aborder clairement un problème qu’il a ou un problème qui s’est installé dans la relation ?

Elle a vingt ans, est étudiante, vit en banlieue chez ses parents et est depuis 3 mois avec un garçon qui lui plaît beaucoup. Il vit en co-location à Paris mais son co-locataire est absent pour le moment et Zoé va chez lui à chaque fois qu’ils se voient.

Au début il était très amoureux, il l’emmenait au restaurant, au cinéma, au café. Maintenant, il ne veut plus sortir, prétextant que son travail de juriste le fatigue beaucoup. Il passe moins de coup de fil et de sms. Il ne lui fait pas rencontrer ses amis ni même son co-locataire (Il est convenu entre les deux co-locataires qu’aucun n’amène de copine.) Il ne veut pas rencontrer non plus ses amies à elle…

Quand ils se voient, il est gentil, attentionné, mais elle attend plus de cette relation et se sent peu respectée d’obtenir si peu. Pendant les longs week-ends où il est en famille pour un mariage ou autre évènement, il ne l’appelle pas du tout.
Elle en conclut qu’il n’est peut-être plus aussi amoureux maintenant qu’au début, pourtant elle jure de ne pas avoir été ch… et n’avoir pratiquement jamais fait de reproches. Par contre, elle se demande si les jeux sont faits ou s’il y a une chance qu’il devienne accro d’elle avec le temps, et si oui, ce qu’elle peut faire.

Je vous transcris sa lettre et ce serait formidable pour Zoé que votre entourage masculin vienne dire franchement ce qu’il pense sans détour à Zoé dans les commentaires à la fin de l’article (il ne s’agit pas de la rassurer mais de l’informer).

Bien sûr les femmes sont différentes entre elles (même si elles ont ici la boulimie en commun), les hommes aussi sont différents entre eux. Néanmoins, en matière de séduction il y sans doute des constantes. Par exemple ne rien attendre de l’autre, ne pas faire de reproches, oser s’affirmer (mais avec douceur sans se braquer), rester léger…

Donc, voici la lettre de Zoé :

« Je suis avec quelqu’un depuis bientôt trois, mois…Visiblement je lui plais car c’est lui qui m’a abordé… Depuis le début, après son travail, je vais chez lui  (j’ai vingt-et-un ans, je suis étudiante et j’habite chez mes parents). Lui a vingt-sept ans. Il en co-location (mais son co-locataire était absent). Nous passions d’agréables soirées ensemble : il m’invitait au café, au resto, au théâtre, en week-end.

Aujoud’hui je fais une heure de transports pour aller chez lui quand son co-locataire n’est pas là et nous ne sortons plus. Même si ca n’est pas vraiment de sa faute, qu’il est fatigué par le travail et a des problèmes d’argent, je me sens soumise en allant chez lui. Nous ne faisons plus rien et je m’ennuie un peu mais j’essaye de ne pas le lui montrer. Moi, j’aimerais qu’on sorte de temps en temps et je pense que, quand on tient à quelqu’un, on a envie de lui faire plaisir. Or je ne sens plus chez lui l’envie de me faire plaisir.  Avant il me téléphonait tous les jours, maintenant il m’appelle de moins en moins, ne me présente toujours pas à ses amis, ni à son co-locataire et n’accepte pas de rencontrer mes amis. Je ne me sens plus respectée. J’étais tellement mal pendant ces jours que je n’ai pas pu m’empêcher d’être agressive quand il m’a rappelé le dimanche soir. Je suis consciente que j’ai un problème de dépendance affective, mais là, j’ai l’impression qu’il ne me respecte pas. Après tout je ne suis pas à sa dispositon.

On ne laisse pas sa copine pendant quatre jours sans donner signe de vie ! Je lui ai envoyé un message pour mettre les choses au point :  “je pense que nous n’avons pas les mêmes attentes, je pense m’être assez adaptée à ton mode de vie et mériter plus de reconnaissance et d’affection : le rôle de l’amante secrète n’est pas pour moi”. J’attendais soit une rupture, soit une declaration, au minimum une réaction qui prouve qu’il m’avait comprise. Rien de pire que l’attente sans savoir.

C’est moi qui ai finalement dû le rappeler pour être fixée. Ma fierté en a vraiment pris un coup mais je ne pouvais pas attendre plus longtemps. Son discours était le suivant : « je n’ai pas compris ta réaction, j’étais dans ma famille, je comptais t’appeler à mon retour et je n’avais rien de spécial à te dire ». Le mec très rationnel et moi dans l’émotion. Mais comment peut-îl être aussi distant et tenir à moi ? J’ai du mal à le croire quand il me dit : « ça n’est pas parce que je ne te donne pas de nouvelles pendant 4 jours que je ne pense pas à toi”. Je lui ai répondu : “soit on est en couple soit on ne l’est pas, mais on ne peux pas continuer à mener chacun notre vie de notre côté et se voir de temps en temps. Il y a un moment où il faut assumer la relation ». Lui me répond :« on y va pas à pas, on prend notre temps, ne sois pas aussi pressée, ça viendra.”

J’en doute, car partager des choses avec la personne avec qui on est, quand on a des sentiments pour elle, ca vient dès le début ou pas, je pense. Sachant que je ne suis vraiment pas quelqu’un de ch… (je fais le moins possible de reproches, je ne suis pas spécialement prête à m’engager non plus) je voudrais juste une vie de couple normale, ne pas être cachée.

J’étais vraiment prête à le quitter mais c’est compliqué car nous sommes vraiment très bien ensemble, il est très attentionné, parfait avec moi quand nous sommes tous les deux. Mais ca ne peux pas suffire, je ne vais pas continuer à venir chez lui le soir et repartir le matin. Nous ne pouvons pas rester cloîtrés à deux. Ça n’est pas la vraie vie, j’ai envie de mieux le connaître, de le voir avec des gens autour, découvrir ses amis, son univers. J’ai aussi envie de savoir ce que mes amis pensent de lui.

D’un autre côté je ne veux pas le perdre. Je sais que c’est quelqu’un de très bien, très respectueux auquel je tiens et je pense que ca vaut le coup d’aller plus loin. De plus, je n’en peux plus de me rendre malade, de me poser tant de questions. Dois-je tout garder pour moi ou  lui dire les choses en essayant de le faire en riant ?

Je fais tous ce que je peux pour lui faire plaisir, sans en demander plus, mais de toute façon il va falloir prendre une décision. Là son colocataire rentre. Nous en avons parlé vaguement un matin. Il m’a simplement dit : « il rentre ce week end, il va falloir qu’on trouve une solution…”. Il préférerait, limite, aller à l’hôtel ou venir chez moi (très loin et avec mes parents), plutôt que lui en parler !

Je comprends qu’il soit pudique, réservé, etc, mais je pense vraiment que j’ai été compréhensive et la plus agréable et « normale » possible. Quand j’en parle à mes amies, elles ne supporteraient vraiment pas et me disent qu’il a un problème. Comme les amis ne sont pas toujours les meilleurs conseillers, il faut un esprit tolérant, qui ne juge personne, pour pouvoir donner son point de vue. C’est pourquoi je fais appel à toi.

Zoé

PS: Ce qui m’attriste c’est que je ne veux pas lui faire de rapproche et être chiante, je voudrais qu’il le fasse les choses par lui-même, surtout que face à l’agressivité il ne réagit pas mais se braque

Fin de l'artice Juin 2010.

Ce serait formidable pour Zoé que votre entourage masculin vienne dire franchement ce qu’il pense sans détour à Zoé dans les commentaires ci-dessous à la fin de l’article il ne s’agit pas de la rassurer mais de l’informer).

Partagez l'article sur:

FacebookTwitter

Commentaires  

 
0 #17 michel boulanger 06-10-2012 23:33
De mon expérience de vie de plus de 5 ans avec une boulimique je peux juste témoigner que peu importe les difficultés le plus important c est la légèreté et surtout rester jolie (même les soirs de pluie ou de fatigue rien ne compte plus pour un homme d 'avoir une compagne ou petite amie radieuse et câline
pour moi ma plus belle histoire.
Aussi les hommes seront s'adapter voir même ignorer tout sur la boulimie.
 
 
0 #16 Guest 21-06-2010 08:25
Pour ceux que ça intéresse les dernieres nouvelles et les commentaires qui vont avec son en ligne sur le forum, merci de vos réactions
 
 
+2 #15 Guest 20-06-2010 16:06
J'ai vécu une relation similaire pendant 2 ans. Le garçon en question m'a "avoué", après que je le pousse à me dire pourquoi il me quittait. En fait il me gardait en secours le temps qu'il trouve une femme qu'il pourrait vraiment aimer. Il me mentait sur ses sentiments pour que je sois là quand il avait besoin de la présence d'une femme. Un "prince charmant" quelques jours par semaines et le reste rien. Ca fait 10 mois que j'ai définitivement coupé les ponts avec lui et toute cet intrumentalisat ion me hante encore. Là je vois vraiment la différence. J'ai rencontré un garçon via meetic depuis 5 mois et depuis le début il veut tout le temps me voir. Au bout de 3 mois il m'a présenté à sa fille qui vit en province et dès 1 mois il m'avait présenté à ses amis. Maintenant je peux dire que je suis VRAIMENT heureuse même si je ne suis toujours pas remise de mon histoire d'avant qui me donne toujours des angoisses quand j'y pense. Maintenant je sais avec quel genre d'homme je suis heureuse.
 
 
0 #14 Guest 18-06-2010 22:09
(Dernière partie)

Si tu devais donner un conseil à Zoé quel serait-il?
«Si elle est bien avec lui, il faut qu’elle le laisse gérer sa vie comme il veut (mais ça n’empêche pas qu’elle l’informe sur ce qui lui fait plaisir, ou ce dont elle a besoin). Si ça la rend trop mal, elle n’a qu’à partir. »
 
 
-2 #13 Guest 18-06-2010 22:09
(Avant dernière partie)

4./ En ce qui concerne les amis, après vérification du 1er point, 3 possibilités:
- La différence d’âge et de milieu lui font penser que ça passera pas.
- Il a peur que ses amis à lui la juge comme un bébé, et que les amis de la fille le juge comme un vieux.
- Elle n’en est qu’au stade de relation purement sexuelle, donc pas de raison de bousculer sa vie pour elle.

5./ Un homme qui n’est plus dans la phase de séduction, n’a pas besoin de contact régulier par téléphone, mail, ou sms, tout ce qui compte c’est de se voir.

6./ Il est difficile de croire qu’avec toutes les interrogations qu’elle a, elle ait pu conserver le comportement qu’elle avait au début de la relation. Un homme a beau ne pas être très attentif, il sent quand même quand une femme n’est pas satisfaite. Dans ce cas il investit moins la relation, surtout si c’est le début.
 
 
-1 #12 Guest 18-06-2010 22:05
Voici l'avis de mon mari: (en 2 parties parce qu'apparemment le commentaires est trop long)

1./ Est-ce qu’elle est sûre que son colocataire est un homme, et que ce n’est pas la personne avec qui il vit en couple?

2./ S’il a des problèmes d’argent, qu’il est fatigué, et qu’il sont bien ensemble en restant chez lui, pourquoi voudrait-il faire autrement? Si elle a vraiment envie de sortir, elle peut organiser elle-même quelque chose et lui proposer, en tenant compte des ses difficultés financières (café ou apéro en ville par exemple).

3./ C’est pas fair-play de s’énerver pour son week-end en famille sans nouvelle, alors qu’aucune règle n’était fixée avant à ce sujet. Elle peut lui dire que son attitude ne lui convient pas, mais ne peut pas s’énerver la première fois que ça arrive, sous peine de passer pour une «chieuse».
 
 
0 #11 elsa 16-06-2010 20:18
Il y a différents "types" d'hommes.

Est ce qu'il pourrait exister une attirance pour un homme qui ferait souffrir par son manque d'attachement, d'engagement, de clarté, de maturité ?

Pourrais je choisir un amant qui ait une vraie intelligence relationnelle ?
Dois je m'adapter à cet homme qui aujourd'hui me fait souffrir par son attitude que je juge irrespectueuse ?
Comment choisir, comment m'adapter ?

Merci pour l'échange et le site
 
 
0 #10 Guest 16-06-2010 19:32
Comment je perçois Zoé : J'ai l'impression que tu en veux trop tout de suite. Etre avec lui pour de vrai, le rendre accros(au passage je trouve qu'il y dans la question "Comment rendre accro" quelque chose de pas très sain, ou du moins je ne me serais pas posé la question ainsi), occuper son esprit en permanence, voire vivre avec lui... Je dirai "un peu tôt dans le contexte", tu vis encore chez tes parents, lui en collocation avec des règles strictes qu'ils se sont fixés eux même, vous n'avez ni l'un ni l'autre de vrai "chez soi" pour pouvoir l'envisager. Je comprendrais donc que ce garçon se sente effrayé par tant de hardiesse, et peut être de pression.
 
 
0 #9 Guest 11-06-2010 11:59
D’un autre côté, je sais aussi à quel point ça peut être débandant de se montrer dépendant et en demande. Et puis je n'ai pas envie d'instaurer de contrainte ni d'exigences entre nous. Peut être que le secret réside dans la manière de la dire?
je me dis aussi que oui suis amoureuse et que suis pour l'instant un peu dépendante et que oui ca me rend triste de pas avoir de nouvelles si longtemps.
Etre authentique ce n'est pas aussi s'assumer avec sa vulnérabilité et ses travers?
Je ne sais pas si dans cette situation ça serait juste de lui dire. En même temps si je ne lui en parle pas et que je fais comme si de rien n’était, j’aurai certainement la sensation de me dégonfler et de ne pas m’assumer pleinement.
...
Qu’en penses tu Catherine ? Que pensez vous? des avis masculins seraient très utiles:-)
Si vous avez des pistes, elles sont aussi les bienvenues  .
Cath de Belgiqe
 
 
-1 #8 Guest 11-06-2010 11:50
Là suis paumée, je ne sais pas quoi faire. Est-ce que je laisse pisser et quand il me recontacte je fais comme si de rien n’était?
Ou bien je lui dis ce que ça me fait ces longs silences, (sans rentrer dans le drame évidemment)?
Quand cela s'est déjà produit Catherine m'a toujours conseillé la douceur et la tolérance et j'ai laissé couler.. Je ne regrette pas. Mais si cette situation s'installe en habitude, moi je risque de me lasser et mon cœur se tourner vers un autre homme.. Et ça serait tellement dommage!
je ne ressens pas de haine ni rancœur contre lui car je me sens responsable de mon bonheur et co-responsable de notre relation. Et puis quand bien même il ne souhaiterait que mon bonheur, il ne peut lire dans mes pensées. Et puis il ne me doit rien.
Mais alors est ce que c'est sain de me taire alors que cette situation qui m'est douloureuse se reproduit? Comment peut-on s'ajuster l'un à l'autre s'il ne sait pas ce que je ressens?
 
 
+1 #7 Guest 11-06-2010 11:16
suite:
Aujourd'hui 8 jours de silence après cette magnifique nuit passée ensemble, ça m'est insupportable.
Je sais aussi qu’on est sur deux planètes différentes. On ne fonctionne pas pareil. Mon impression c'est que il est aux anges d’être avec moi. Quand on se sépare, il repart avec pleins de beaux souvenirs, et puis il pense et rêve de moi jusqu’à la prochaine fois qu’on se revoit. Et ça lui suffit.
il ne s'imagine pas ce que moi ça me fait d'être dans le silence. il se dit peut être simplement: "elle ne donne pas de nouvelles, elle doit être très occupée par ses exams, je la recontacte quand elle a fini!" tout simplement..
En attendant moi j'arrive pas à étudier et suis frustrée, c'est ironique, non?
je suis consciente de ma personnalité à fleur de peau et j'en fais peut être une montagne. mais j'ai demandé à plusieurs amis et amies "normaux" et oui, même pour eux une semaine sans nouvelles qd on est amoureux, c'est très long!
 
 
+1 #6 Guest 11-06-2010 11:04
suite:

depuis 3-4 jours je me récupère, je vois un autre garçon, mes amis, je prévois des sorties.. enfin bref je me reconnecte à la vie, hihihi :-) !!
Laurent est toujours dans mes pensées mais c'est plus une obsession.

Voilà, maintenant que la tempête émotionnelle est apaisée, je me pose une question "philo" et je ne sais pas ce qui est juste à faire:
aujourd’hui je sais qu’il m’aime, que je suis importante pour lui. Je n’ai pas besoin de « preuves » d’amour pour être rassurée.
Par contre étant très amoureuse, j’ai besoin d’avoir des nouvelles de lui, d’être en interaction avec lui. Pas forcément tous les jours , Il n’y a pas de fréquence idéale bien sûr mais ce que je sais c’est que 4 jours sans nouvelles ça commence à être long pour moi. Quand ca dure plus longtemps ça me donne la boule au ventre. Depuis que l’on se connaît c'est arrivé quelques fois de rester une semaine sans donner de nouvelles, j’ai laissé couler.
 
 
+1 #5 Guest 11-06-2010 10:40
je vais partager mon histoire, c’est un peu différent de celle de zoé mais ca se recoupe, j’espère que mon récit et les réponses que je recevrai donneront aussi des pistes pour Zoé:
j'ai rencontré le grand Amour avec un grand A il y a presque un an maintenant. on est à distance mais il se rapproche ;-) il s'est récemment installé à Paris et moi suis à Bruxelles.
En ce moment suis en période d'exam, je n'ai pas beaucoup de temps. Pour ne pas trop me perturber il est venu juste passer la nuit avec moi jeudi dernier. Il est arrivé de Paris le soir vers 20h et est reparti en train le lendemain matin à l'aube. Il a fait ce trajet et payer 90 euros de Thalys juste pour passer quelques heures avec moi. Ca m'a tellement touché!
depuis une semaine silence radio, pas un coup de fil, pas un message...
 
 
-1 #4 Guest 10-06-2010 07:01
Je me reconnais dans cette histoire...Ma stratégie a toujours été d'essayer de ne pas "harceler"; de laisser de l'espace et de ne pas faire de reproches; ce qui ne m'a pas empêché de maudire et de haïr le garçon en question! Résultat: je pense que mon mal-être excessif (signe d'une belle dépendance) devait être palpable, perceptible dans tous les non-dits.
Je pense que c'était un peu extrême comme solution, comme il eut été extrême de faire une crise, de me plaindre etc.
Je crois qu'il s'agit de faire une moyenne: le mieux ne serait-il pas pour Zoé de le laisser sans nouvelles pendant un temps, sans faire la boniche non plus. Patience, il viendra à elle (inquiet peut-être) et là elle devrait faire attention de ne pas manifester: ni rancœur ou colère, ni gratitude ou soulagement (!)...peut-etre quelque chose de très vaguement ironique, de léger-qui montrerait qu'elle a "compris" qu'il n'était pas sérieux mais qu'elle avait aussi une vie sans lui...? "Ah,tiens, c'est toi?".
 
 
0 #3 Guest 08-06-2010 07:24
Re-salut!

Après en avoir discuté avec mon copain, on est d'accord sur mon premier avis; ce qu'on pense , c'est que même si Zoé a surement fait de gros efforts pour ne pas formuler de reproches et être chiante, le simple fait d'être dans la normalisation ("soit on est en couple soit on ne l'est pas..." ; "ça n'est pas ça la vraie vie" ; "on ne fait pas ça à sa copine"...) est chiant en soi, surtout dans le début d'une relation.

Nous trouvons que Zoé cherche à imposer à son copain ses schémas, et cela explique surement le changement d'attitude du mec.

Le sms qu'elle lui a envoyé est carrément débandant, et effectivement, il n'y a pas de règle établissant la fréquence des sms (ou des appels) d'un couple.

Bref, j'espère que ce message aura un peu éclairé Zoé.
Dans l'attente de vos autres réactions!
 
 
0 #2 Guest 08-06-2010 07:20
Hello!

Je vous fais un copier-coller de ce que j'ai mis sur le forum:

Bonjour, bonjour!

Pour répondre à Zoé, je me demande si sans être "chiante" elle n'est pas trop "intello" dans sa relation. En tous cas je trouve que c'est ce qu'il ressort du message qu'elle lui a envoyé et du côté très "normatif" dans la relation.

Et puis le fait d'être en demande, je pense que ça tue la séduction dans le couple (en plus, ça ne fait que 3 mois!).

Personnellement tous les garçons qui ont été très amoureux de moi se seraient "pliés en quatre" pour moi (sans me vanter! ;-D ) et je trouve ça normal, surtout au début d'une relation.

Bref, j'essaierai de demander à mon chéri son avis sur la question et je vous tiens au courant.
 
 
+2 #1 Guest 05-06-2010 16:17
C'est curieux car je me retrouve dans la même situation mais avec 30 ans de +!!!
Que faire??? La boulimie est un enfer pour toute la vie affective.
Comment ne rien reprocher à un homme qui ne vous appelle pas pendant des jours? Quand je regarde autour de moi les autres personnes de mon entourage ne se comportent pas du tout de la même façon, même les hommes. Comment un homme peut dire qu'il pense à vous et n'en donner aucun signe (ou si peu, le peu étant vraiment peu). La boulimie n'explique pas tout car Zoé a une demande qui me paraît légitime. On pourrait juste lui reprocher de ne pas faire de propositions.
Pour ma part j'ai arrêté d'en faire car cela ne changeait rien.
Bon courage à toutes celles qui se reconnaîtront.